A l’entraînement avec trois des favoris de la Transcal

0
133
  • A l’entraînement avec trois des favoris de la Transcal| Crée le 06.07.2018 à 08h35 | Mis à jour le 06.07.2018 à 14h531 352 concurrents sont inscrits sur les différentes épreuves de la Transcal. Photo TranscalTRAIL. Comment se sont préparés les favoris de la Transcal, qui démarre demain matin au parc de la rivière Bleue ? Dans quel état d’esprit sont-ils la veille du départ ? On a essayé de suivre trois équipes à l’entraînement, mais on a vite abandonné pour les questionner après l’effort…« On est en plein doute »

– L’équipe Niuhiti Promotion : Ludovic Lanceleur, Leslie Nowicki et Franck Santos, vainqueurs l’an passé.

Ils ont « calé » la Transcal sur leur calendrier, mais assurent « ne pas l’avoir préparée à 100 % ». Comprendre : « on a fait moins de courses que d’autres cette année, donc on est en plein doute », assurent-ils. Traduire : « on est donc moins fatigué, on a plus de jus que les autres ». On ne sait pas encore s’ils veulent tromper leur monde, mais les vainqueurs de l’an dernier font forcément office de grands favoris. Une équipe pourtant semble les préoccuper : celle « d’Angèle » (Angélique Plaire) : « elle fait du sport toute la journée, elle ne doit jamais être fatiguée… » Cela semble les agacer un peu… Reste qu’à force de courir ensemble depuis bientôt dix ans, Leslie, Ludo et Franck (qui a fini quatre fois deuxième de l’épreuve avec d’autres équipes) ont fini par bien se connaître et surtout, s’entendre.

Ultimes réglages
Ils se sont donc entraînés chacun de leur côté mais ont effectué ensemble les « séances clés » et les derniers petits réglages le week-end dernier avant de faire relâche. « Et puis il faut aussi ménager nos vies de famille respectives. » La course peut être une passion envahissante… L’essentiel n’est pas seulement dans la préparation, il y a aussi la cohésion. « En équipe, on n’a pas le droit de faiblir », souligne Leslie. Ludovic tempère : « On part du principe qu’on sera content de nous. Car tout peut arriver, il y a de belles équipes… » Les autres disent exactement la même chose…

« Une course éprouvante »

– Team Endurance Shop : Angélique Plaire, David Nenci et Yohan Samanich

C’est sûrement elle qui fait le plus peur à ses concurrents directs : Angélique Plaire, spécialiste de la très longue distance, en est à sa huitième participation. L’an dernier, son équipe avait loupé le podium d’une place. Cette fois, la prof de fitness annonce clairement la couleur : l’objectif, c’est l’une des trois premières marches, même si elle ne fait pas de la Transcal son objectif prioritaire de la saison. « On est à l’abri de rien, mais on s’est donné les moyens de réaliser une bonne Transcal », assure- t-elle. A l’instar des autres favoris, les trois coéquipiers se sont entraînés ensemble dimanche dernier pour la dernière fois. Eux aussi se connaissent bien : Angélique Plaire et Yohan Samanich ont couru ensemble l’an dernier. Mais, « si on a vraiment envie de performer, on court tout seul. A trois, il faut savoir écouter ses coéquipiers, ne pas leur mettre la pression. »

Grosses équipes
Angélique, qui fait du sport toute la journée, n’a pas d’appréhension particulière à l’approche du rendez-vous. A part peut-être « les grosses équipes qui seront au départ. On sait que cela va être une course éprouvante, physiquement et mentalement. Il va falloir aller la chercher, cette place… » Cela fait un an qu’Angélique travaille ce qu’elle estime être son point faible : la vitesse. Et son point fort ? « J’ai deux bons partenaires. »


 La confrontation est palpitante »

– La Team Tam : ’Axelle Nardoux, Guillaume Boccas et Christophe Castille.

Il y a trois ans de cela, lorsqu’Axelle s’est mise à courir, elle a tout de suite voulu progresser et a confié ses séances d’entraînement au coach Fabrice Belot. C’est lui qui continue à concocter les séances de l’équipe en vue de « la course la plus importante de la saison », selon Guillaume. Eux aussi insistent sur l’aspect stratégique d’une course mais semblent surtout impatients d’en découdre avec leurs concurrents. « La confrontation avec les autres, ça a un côté palpitant », disent-ils avec les yeux qui brillent. Ils ont attrapé le virus de la compétition. Avec leur jeunesse et leur fougue, ils aimeraient grimper sur le podium, eux qui avaient terminé à la deuxième place l’an dernier. « Et si on peut entendre Ludovic (Lanceleur) souffler un peu plus fort que d’habitude parce qu’on est à ses trousses, on signe tout de suite ! Mais il faut rester réaliste. » Axelle se dit plus à l’aise dans les descentes, Guillaume dans les montées. Ils reconnaissent volontiers qu’ils n’ont pas l’expérience de leurs aînés.

Sensations fortes
Reste qu’ils ont fait de la course « un élément à part entière de [leur] personnalité : l’endurance, la persévérance ou la gestion de l’effort, on peut mettre en application tout cela dans la vie de tous les jours. » Et en groupe, la Transcal demande encore plus d’engagement qu’avec une épreuve strictement individuelle. « L’accomplissement collectif procure des sensations fortes. Ca décuple le plaisir à l’arrivée ».

Toutes les courses, tous les horaires

Accès : le parc de la rivière Bleue ouvre ses portes à 5 heures et les ferme à 20 heures.
Affiliée : la Transcal figure désormais sur le calendrier officiel des courses hors stade après une convention passée avec la Ligue d’athlétisme.
Concurrents : au total, 1 352 concurrents sont inscrits. L’épreuve reine, la Transcal Mobil, compte 199 équipes et réunira donc 357 traileurs.
Eau : vous ne trouverez aucune boisson sucrée sur le site. Une volonté de l’organisation, qui veut promouvoir le sport santé… et sans sucres ajoutés.
Parcours : plusieurs types de tracés sont proposés. La Transcal Mobil empruntera des sentiers inédits, remis en état après des dizaines d’années d’abandon (lire notre édition de mercredi).
Soins : une équipe de deux médecins, trois kinés, trois infirmières et une quarantaine de masseurs sera présente sur place. Les concurrents pourront aussi tester la cryothérapie, une méthode de récupération qui a le vent en poupe.
Transcal Mobil : l’épreuve reine, se courra sur 31,9 km le samedi (jour 1 avec 1 253 m de dénivelé positif) et sur 25 km le dimanche (jour 2 avec 1 297 m de dénivelé).
Village : de nombreux stands et animations seront proposés sur le village de la Transcal. En partenariat avec le festival de La Foa, un film sera projeté le samedi soir : « lumière ! Que l’aventure commence ».

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant