Lancement du Grand Prix du Nord à Néoua (LNC du 11/04/2011)

0
243

LNC du 11/04/2011 : Lancement du Grand Prix du Nord à Néoua

 

Première étape du Grand Prix du Nord, et premières victoires pour Anderson Paulin et Véronique Chamberland. Une surprise pour le Dumbéen, dont le dernier trail remonte à 2009 ; un aboutissement pour la Canadienne, longtemps abonnée aux places d’honneur.

Son visage disait vaguement quelque chose aux habitués, mais rien de plus. Logique, Anderson Paulin n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler un trailer assidu… « Je crois en avoir disputé un ou deux quand j’étais plus jeune », se remémore-t-il. Et à part ça ? Juste une participation à l’édition 2009 du Gorobaï, sur lequel ce jeune papa âgé aujourd’hui de vingt-sept ans avait pris la deuxième place de l’épreuve, derrière Antoine Planes.

Potentiel. Le favori du jour, Ludovic Lanceleur, fraîchement arrivé sur le circuit, ne pouvait donc qu’ignorer le potentiel de son challenger, et allait chercher très vite à prendre la course à son compte. Aux côtés de Nicolas Vitalis, Lanceleur imposait un rythme permettant au tandem d’atteindre en tête le premier sommet, au terme de la première des deux difficultés du jour.
En bas de la descente s’en suivant, Paulin était déjà remonté à la deuxième place, au sein d’un quartet constitué de Lanceleur, Vitali, Paulin et Laurent Devaud, dans cet ordre. Les faibles écarts séparant les quatre hommes laissaient d’ailleurs augurer une seconde moitié de course à suspense.

 Ça a été un vrai plaisir de remporter cette course ; il n’est pas impossible que l’on me revoie à l’avenir…

Une seconde moitié qui allait aussi permettre à quelques « diesels », tels Franck Santos et David Battie, de remonter plusieurs places au classement, notamment en raison de la nette défaillance de Nicolas Vitalis, plus à l’aise sur route, mais qui affichait toutefois, au terme de ce baptême, la ferme intention de disputer toute la saison 2011 de trails.

Sprint. Devant, Devaud s’assurait la troisième place d’une course qui n’allait choisir son vainqueur que dans les ultimes mètres de son parcours, fait de 16 kilomètres pour 1200 m de dénivellation positive. Ludovic Lanceleur, qui aura vu avorter toutes ses tentatives de mise à distance d’Anderson Paulin, lancera le sprint final sans plus de succès, mais sans regret non plus : « J’étais très en forme, très en jambe, et ai mené la course comme je l’entendais, sans faire de faute. Paulin était tout simplement au-dessus… »
Une nouvelle rivalité à suivre sur le circuit ? Pas forcément. Paulin, déjà très sollicité par la saison de futsal, n’entend pas délaisser sa passion pour les trails, même si sa victoire semblait lui faire relativiser cette décision : « Ça a été un vrai plaisir de remporter cette course, et il n’est peut-être pas impossible que l’on me revoie un peu plus à l’avenir… »

Alban Colombel

 

Top 5

Dames
1. Chamberland Véronique 2h17’04 ; 2. Le Flecher Dominique 2h22’45;  3. Balthazar  Emilie 2h29’02 ; 4. Humeau-
Cochou Laurence 2h30’56 ;
5. Vartane Christina 2h37’16.

Messieurs
1. Paulin Anderson 1h47’33 ;
2. Lanceleur Ludovic 1h47’40 ; 3. Devaud Laurent 1h52’08 ;
4. Santos Franck 1h55’21 ;
5. Etchegoimberry Gilbert 1h55’46.

 

 

Chamberland enfin devant

« Les spectateurs me disaient, au bord du sentier, que j’étais deuxième ; j’étais alors certaine que la première était Véronique, vu son niveau actuel. » Tout est dit. Deuxième jusqu’au terme du parcours, Dominique Le Flecher avait vu juste. Véronique Chamberland, jusqu’alors trop souvent abonnée à la cinquième place, a bel et bien franchi un palier durant cette intersaison. La raison ? « Je n’en sais rien !, plaisante-t-elle. Certes, je me suis entraînée, mais comme par le passé. Au contraire, j’ai dû couper ma préparation trois semaines durant. Cette pause m’a peut-être fait du bien. » Si la cause reste un mystère, la progression de cette Canadienne de 27 ans n’en demeure pas moins fulgurante : « l’an passé, j’avais couru le 10 km Nature Valley en 53 minutes ; j’y ai signé un chrono de 42 minutes, la semaine dernière… »
De quoi avoir le moral gonflé à bloc à l’entame d’une saison qu’elle aimerait bien finir sur le podium du Grand Prix : « Je me disais, avant le départ, que la victoire était possible aujourd’hui (samedi) », reconnaît-elle. La consultante en organisation de travail a donc décidé de prendre très tôt la tête de la course pour ensuite la conserver « au train », à l’image de ce que réaliseront ses dauphines sur le podium, qui n’ont également jamais souffert de rivalité pour défendre une place acquise en début de parcours, à savoir Dominique Le Flecher et Emilie Balthazar, qui confirme là son bon début d’année, après sa victoire à l’île des Pins, la semaine précédente.
Reste à Véronique Chamberland de confirmer son avènement en haut de l’affiche face aux principales animatrices de la saison passée : Sabrina Rivière, Marie-Aline Cailleau ou encore Caroline Favier. « J’ai hâte de me retrouver de nouveau face à elles… », se délecte d’avance cette amoureuse des trails. Une passion qu’elle s’est découverte, comme bien d’autres d’ailleurs, lors de son arrivée sur le Caillou, voici trois ans.

 

 

Repères

Respect
A lui seul, Sébastien Noneane a dessiné l’intégralité des parcours proposés samedi. Ce membre du conseil de la tribu de Néoua, 54 ans, a sillonné les crêtes et vallées de sa région deux mois durant, équipé simplement d’une pelle, d’un sabre d’abattis et d’un tamioc. Bilan : un tracé salué de tous ; leur serviteur ayant été jusqu’à sculpter des escaliers sur les pentes les plus glissantes…

Polyvalent
Anderson Paulin, vainqueur du jour, est aussi à l’aise sur un terrain de futsal que sur les sentiers montagneux. Le jeune homme de 27 ans évolue en effet sous les couleurs du club de l’UNC – Université de Nouvelle-Calédonie -, raison qui explique ses très rares apparitions sur le circuit des trails du Caillou. Solide ailier gauche, Paulin fait d’ailleurs partie de la sélection calédonienne qui s’envolera à la fin du mois vers les îles Fidji pour y disputer les éliminatoires de la Coupe du monde de la spécialité…

Autre première
Néoua, tribu située au beau milieu de la Grande Terre, accueillait pour la première fois une manifestation de cette ampleur. Près de trois cents trailers et leurs familles avaient en effet rallié cette contrée très reculée, où pas moins de quatre terrains de camping avaient été aménagés pour l’occasion.

Tournage
Une équipe de production audiovisuelle profitait du trail de Néoua pour réaliser la dernière journée du tournage de son documentaire traitant de la jeunesse calédonienne, née après les Evénements. Produit par AAA Productions, ce film de 52 minutes, intitulé Génération Matignon et réalisé par Laurent Cibien et Anne Pitoiset (également co-auteure de la récente biographie de Christian Karembeu, Kanak), devrait être diffusé dans un prochain épisode du magazine Archipels, sur Calédonie Première.

 

Laisser un commentaire