LNC 30/09/2017 : Gigawatt : trois duos électriques

0
201
Qui arrivera en tête, demain, sur le site des bois du Sud, après 30 kilomètres d’une course lancée au barrage de Yaté ? Une paire masculine semble favorite. Derrière elle, deux équipes mixtes paraissent solides.

Nordine Benfodda (en haut à gauche) sera avec Alexy Dianoux (en haut au centre), Ludovic Lanceleur avec Leslie Nowicki (en bas à gauche) et Christophe Loubriat (en haut à droite) avec Angélique Plaire (en bas à droite). Photos archives LNC sports
Anthony Fillet
  • Benfodda/Dianoux : les favoris

Nordine Benfodda, né en 1973, et Alexy Dianoux, né en 1990 : c’est le duo à battre sur le 30 km de cette 23e Gigawatt. Les deux hommes ont sympathisé en juillet, au raid de Kaala-Gomen (18 km), remporté par le plus jeune. Ce matin-là, Benfodda, 4e, avait fini huit minutes derrière. « Je ne le connais pas très bien, coupe Nordine. A Gomen, il est venu me demander si je voulais faire la Gigawatt avec lui. J’ai dit “allez, feu ! » Et voilà Benfodda, déjà vainqueur « trois ou quatre fois » dans le sud, faire équipe avec un Grenoblois débarqué sur le territoire en mai pour une mission technique à la SLN. « Dimanche, on s’est entraîné à Plum », confie l’aîné, qui part « confiant » tout en restant « respectueux des adversaires » et prudent : « Si on s’entend bien ça devrait aller, mais il ne faut jamais rien exclure en course à pied ». Mais le président de l’AC Païta est « là pour gagner, comme à chaque course : on ne fera pas de cadeau », prévient-il à propos d’une épreuve qu’il apprécie. « La Gigawatt, c’est the place to be ! »

  • Lanceleur/Nowicki : la grosse cote

L’an passé, Ludovic Lanceleur s’imposait en 2 h 38 en duo avec Mickaël Leclercq. Douze mois plus tard, le patron du trail calédonien s’est lancé un défi : « remporter le scratch » en duo « avec une fille. Ce n’est encore jamais arrivé », rappelle sa partenaire dominicale, Leslie Nowicki, elle aussi née en 1981 et elle aussi dominatrice sur le territoire. Cette paire habituée aux podiums individuels peut-elle terminer devant les meilleurs hommes, demain ? « Ludo rêve un peu, se marre Leslie. Lui est peut-être un peu au-dessus de Nordine et d’Alexy, mais moi je suis en dessous… C’est pour moi que ça va être dur ! Il va m’aider plus que je vais l’aider… J’ai un peu la pression ! On pourrait faire la différence quand ça monte, mais là c’est une course assez rapide et plate… En tout cas, je vais suivre Ludo et tout donner ! » Ils ont déjà fait la Transcal ensemble.

  • Loubriat/Plaire : les infatigables

Si le parcours faisait 100 km, et non 30, ils seraient les grands favoris : en juin, à Païta, Christophe Loubriat a gagné la 1re édition de l’Ultra trail de Nouvelle-Calédonie (UTNC) en 15 h 11 (pour 110 km). Angélique Plaire, elle, a pris la 8e place, avant de s’imposer à l’Ultra trail du Mont-Blanc (UT4M). Les deux, enfin, se sont alignés au début du mois sur un 100 km en Australie. Alors, quand on demande à Christophe si la Gigawatt n’est pas trop courte, il rigole. Et répond : « C’est une bonne question ! On peut effectivement considérer que ça l’est pour concurrencer des équipes qui ont un potentiel plus important sur 30 km. Avec Angel, on part souvent moins vite mais on est capables de tenir plus longtemps. Sur cette Gigawatt, on ne se fait pas d’illusions : on va aller à notre rythme. Mais si on peut chatouiller les meilleurs, on ne va pas se priver ! »

  • Et aussi…

Et si la surprise venait du militaire Stephan Roletto, habitué au top 10 sur les raids du Nord et en équipe avec Rudy Moal. Il faudra aussi avoir un œil sur Nathalie Chrétien-Schmitt, spécialiste du marathon (3e féminine à Nouméa fin août), en duo avec David Nenci.

Laisser un commentaire