LNC du 01/08/2020 : Plateau royal et course serrée ?

0
115
Angélique Plaire et Marie-Cécile Cavell espèrent boucler la boucle : après avoir gagné l’an passé au début de la grossesse d’Angélique, elles aimeraient voir Marie-Cécile partir du Caillou en beauté. Photos archives LNC
Angélique Plaire et Marie-Cécile Cavell espèrent boucler la boucle : après avoir gagné l’an passé au début de la grossesse d’Angélique, elles aimeraient voir Marie-Cécile partir du Caillou en beauté. Photos archives LNC

Un an après, la meilleure ultra-traileuse du territoire va de nouveau épingler un dossard ! Absente des courses pendant sa grossesse, « Angèle » sera au départ demain, aux côtés de son amie Marie-Cécile Cavell, récente lauréate du 100 km du Trail des Cagous. Ce binôme exclusivement féminin l’avait emporté l’an passé, alors qu’Angélique Plaire était enceinte de deux mois. Cette reprise aura donc un goût particulier, d’autant plus qu’il s’agira de la (probable) dernière course de Cavell avant son retour mi-août en Métropole. « Je suis loin de mon niveau mais on aimerait gagner », explique Angélique Plaire. D’autant que le tableau féminin du 30 kilomètres semble peu fourni. « La plupart des filles qui courent bien vont s’aligner sur le 20 kilomètres », ajoute la triple vainqueur de l’UTNC, alors que sa principale concurrente Leslie Nowicki concourra en mixte, avec Ludovic Lanceleur (voir par ailleurs). Au-delà de la victoire, la revenante, qui craint de « devoir laisser (sa) fille de 4 mois quelques heures », espère avant tout « se faire plaisir ».

n Cochereau et Denis revanchards

Deuxièmes au scratch en 2019, battus par Ludovic Lanceleur et Leslie Nowicki, mais vainqueurs chez les messieurs, Oswald Cochereau et Hugo Denis viennent dans l’idée de « prendre une petite revanche », selon le premier. « Revanchard ? Je ne sais pas, car ils font partie de la même équipe que nous, Terre de Running », tempère le second, qui affiche tout de même son « envie de gagner ». « On est parmi les favoris, mais il y a de superbes équipes et je galère avec les blessures, mais l’expérience peut aider », ajoute Cochereau, qui avait abandonné à mi-parcours sur le 100 km des Cagous. Et si son binôme n’a que 23 ans, il n’en reste pas moins un habitué. Plus jeune, Hugo Denis a remporté « le 10 kilomètres de la Gigawatt à trois reprises ». « Je suis confiant, je me sens prêt et mon niveau a évolué par rapport à l’année dernière où Oswald m’avait clairement aidé. »

n Dianoux et Benfodda, trois ans après ?

Vainqueurs de l’épreuve en 2017, Alexy Dianoux et Nordine Benfodda remettent le couvert cette saison. Au vu de la forme affichée par le premier (vainqueur aux Grandes Fougères et 2e du DMBA Vertical trail), et de l’expérience du second, ce duo a de quoi en faire trembler plus d’un. Ludovic Lanceleur les cite d’ailleurs parmi ses favoris, avec les équipes Hugo Denis/Oswald Cochereau et Jérémy Deudon/Antonin Le Trocqueur. « On y va pour jouer le podium ou la gagne », avance Nordine Benfodda, confirmant que son coéquipier « est en forme ». Et en plus d’être compétitifs, les deux compères semblent afficher une parfaite entente. « J’aime bien sa mentalité, c’est une machine, un touche-à-tout qui ne se prend pas la tête », souligne le président du club de Païta.

n Samanich et Lacrose, pour un podium

Absent des courses depuis le Trail de la rentrée, en février à Boulari, Yohann Samanich (vainqueur en 2011), est « dans l’incertitude ». Associé à Gilles Lacrose, qui vient de terminer 3e sur la course reine du Trail des Cagous, il juge son équipe « polyvalente » et n’apparaît pas en mesure de citer un favori : « c’est assez dense, avec 5 ou 6 équipes plutôt homogènes qui comportent chacune un maillon fort et un outsider. » « La course se gagnera en gérant bien les 10 premiers kilomètres », assure celui qui trouverait « bien de marquer les esprits », à deux semaines de la Coast to Coast, qui sera elle aussi très relevée, puisque la plupart de ces coureurs devraient enchaîner. « Tout va être condensé sur quatre mois, donc la récupération entre les courses sera très importante », estime Ludovic Lanceleur.

Waldemar de Laage

waldemar.delaage@lnc.nc

Savoir +

Les départs seront donnés entre 7h45 et 8h, demain à Yaté. Outre le 30 kilomètres, trois distances sont au menu : 3, 10 et 20 kilomètres.
P

Ludovic Lanceleur et Leslie Nowicki, vainqueurs des deux dernières éditions sur le 30 kilomètres, tenteront de signer un joli triplé demain à Yaté. « Il y a pas mal de paramètres à prendre en compte. Ça dépendra notamment des équipes présentes », juge Ludovic Lanceleur, qui, l’an passé, avait bouclé le parcours en un peu plus de 2 heures et demie. Avec l’objectif en tête de réussir la passe de trois, Ludovic Lanceleur et Leslie Nowicki, tous deux vainqueurs du Trail des Cagous, respectivement sur 100 et 50 kilomètres, se savent attendus.

« On a pas mal de pression », avoue Lanceleur. « Après nos exploits des deux années précédentes », à savoir gagner le scratch avec un binôme mixte, « les gens nous parlent de plus en plus du triplé », enchaîne-t-il. « Mais on arrive à gérer », assure-t-il. Et de poursuivre : « J’ai de bonnes sensations pendant 1 h 30 et après je sens une petite fatigue générale, donc, en ce moment, j’essaye de bien récupérer ».

Furcy et Renaux pour un doublé

Sur le 20 kilomètres, Ludovic Furcy aura le même objectif, lui qui s’est imposé deux fois dans la catégorie mixte (avec Marie-Cécile Cavell en 2018 puis avec Lætitia Renaux en 2019). C’est avec cette dernière qu’il s’alignera. « Le but est de gagner, pour confirmer qu’on mérite de courir ensemble. J’adore participer avec elle », explique ce coureur « rapide » habitué des courtes distances. S’il concède avoir « du mal à s’entraîner », avec sa coéquipière, il n’est pas inquiet pour autant : « Elle s’entraîne beaucoup et vient de terminer 2e du 25 kilomètres du Trail des Cagous ». Il se méfie notamment du binôme avec qui il disputera la Coast to Coast : « Stéphane Bur et Hélène Boutaric ». W.d.L.

>

2 h 24 minutes et 18 secondes. Le record du 30 kilomètres, qui date de 2015, est la propriété de Christophe Castille et d’Oswald Cochereau. « J’espère le garder », explique ce dernier, qui estime « ne pas pouvoir aller le chercher cette année ». Mais attention à Alexy Dianoux, « si Nordine Benfodda est en grande forme… »

L

Repères

Les chiffres de la 26e Gigawatt

1 502 coureurs

120 bénévoles répartis sur 11 équipes

9 points de ravitaillement

1700 t-shirts

33 oriflammes

Près de 1 800 litres d’eau distribués sur les points de ravitaillement

19 litres de sirops

10 kg de sel

26 kg de raisins secs

360 kg d’orange

345 kg de pastèques

16 tivolis

21 tables

27 poubelles

2 installations de douche

Le palmarès du 30 kilomètres

2009 : Planes / Leheutre

2010 : Brahim / Letocart

2011 :Testet / Samanich

2012 : Loups / Debaene

2013 : Lanceleur / Cochereau

2014 : Benfodda / Planès

2015 : Cochereau / Castille

2016 : Lanceleur / Leclercq

2017 : Benfodda / Dianoux

2018 : Lanceleur / Nowicki

2019 :Lanceleur / Nowicki

Pawlicki au départ

Nouveau venu sur les courses du Caillou, le Normand Nathan Pawlicki, récent vainqueur de la DMBA Vertical Trail devrait être présent demain, associé à un militaire. A surveiller.

Previous articleLNC du 28/07/2020 : « J’ai réussi à participer à tout ce qu’il était possible de faire avant de partir »
Next articleLNC du 05/08/2020 : « J’ai pris un coup de pied aux fesses »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here