LNC du 02/06/2016 : Leslie Nowicki, la singulière première

0
272

Trail. Nouvelle championne de Calédonie de trail court (21 km), l’athlète de 34 ans a remporté les quatre épreuves qu’elle a disputées cette année. Elle dit pourtant ne pas être une fan de course à pied. À part quand ça grimpe et qu’on peut discuter.

Leslie Nowicki, fan de ski alpin, a terminé première féminine sur le 21 km, samedi,
devenant au passage championne de Calédonie de trail court.
Bloquée sur tout le côté droit (jambre et bras)
pendant un mois en mars, elle va mieux depuis.

Photo DR

Voilà une phrase qui risque d’étonner plus d’une de ses concurrentes. « Je n’aime pas courir », assure Leslie Nowicki. Comprendre par là que si elle trouve un intérêt dans la compétition, il en va différemment de l’entraînement. « Je ne me vois pas enchaîner des tours de piste. Je ne suis pas un hamster ! »

« Indépendante et solitaire » dans son sport, cette maman de deux enfants, 35 ans dimanche, se « contente d’un footing de 10 km, le mercredi, sur les baies », avec son compagnon. Plus une session de « 20 km le week-end », quand elle ne participe pas à un trail. Une séance organisée « le plus souvent au Ouen Toro ou à Dumbéa, toujours en montée. » Car oui, Leslie « adore grimper ».

Rarement plus de 30 km par semaine, donc. « J’évite au maximum les impacts. La course à pied, ce n’est pas forcément bon pour les articulations. »

Taille de guêpe

Quel est son secret, alors, pour gagner à chaque fois ? « La salle de sport, sourit la jeune femme aux yeux clairs et à longue tresse blonde. J’en fréquente depuis l’âge de 14 ans. La semaine, j’y vais deux heures le midi. Je fais du cardio, notamment du RPM [cours collectif de vélo, avec de la musique, sur un rythme intense, NDLR]. J’ai besoin de me défouler. Je suis accro au sport. »

D’où sa taille de guêpe. Avec ses 47 kg pour 162 cm, elle a la rapidité d’un insecte. Ou d’un oiseau, animal qu’elle aimerait être (lire l’interview décalée ci-contre). « Ce n’est pas beaucoup, 47 kg, reconnaît Leslie. Il faut que je mange plus. Je consomme surtout des fruits et des légumes, c’est peut-être pour ça. »

Fine, mais résistante, elle est la nouvelle championne de Calédonie de trail court.

Samedi, à Païta, elle a bouclé les 21 km en 2 heures et 14 minutes, huitième temps au scratch et meilleur chrono chez les filles, devant Caroline Favier (2 heures et 23 minutes).

« Il faisait une chaleur à crever, se souvient Leslie. Un calvaire. J’ai vu des gens vomir au bord de la route, abandonner. J’ai manqué d’eau sur la fin, mais ça a été. »

L’ingénieure environnementale de formation, aujourd’hui responsable d’importation, a déjoué les pièges de la déshydratation pour remporter, déjà, sa quatrième course de l’année après les raids de Dogny (17 avril), de Ouin Poin (1er mai) et le 38 km du trail des Cagous (le 15 mai).

« En 2014, j’étais enceinte, je n’ai pas fait de trail mais, l’an passé, j’ai  cinq victoires en cinq courses », précise Leslie.

Parmi ses succès en 2015, il y a notamment eu la Transcal, un raid de deux jours gagné en équipe avec Oswald Cochereau et Sébastien Guesdon. Cette année, ce sera encore son grand objectif. « J’aime beaucoup cette course, car on est à trois, il y a du partage. » Cela permet aussi à Leslie de discuter, elle qui n’aime pas rester silencieuse. « Pour faire passer le temps, je parle beaucoup quand je cours. Un peu trop, peut-être. Il faut que je me taise », rigole-t-elle.

Là où la Nancéenne, arrivée sur le Caillou à 10 ans, peut progresser, c’est sur son départ, pas aussi rapide que certain(e)s, même si le résultat est là à la fin. « Je ne suis pas non plus une tortue, mais c’est vrai que je suis un peu un diesel, raconte-t-elle avec le sens de la formule qui la caractérise.

Les dix premières bornes sont un peu difficiles, ensuite ça va. La distance idéale pour moi, c’est 30 ou 40 km, maximum 50. Au-delà, on se fait du mal. » Leslie, elle, ne vise pas la performance. « Quand on me parle de VO2 max ou de VMA, c’est du Chinois pour moi. » Ce week-end, personne ne l’embêtera avec ça. Elle ne sera pas au raid de Koné, préférant se reposer et rester en famille. Pour ne pas perdre définitivement l’envie de courir.

Le raid de Koné, troisième manche des Grand Prix des raids du Nord, aura lieu samedi à partir de 7 h 30 autour de la tribu de Poindah.

 

1

En remportant en 2 h 14 les 21 km du trail de Païta samedi, Leslie Nowicki s’est qualifiée pour les championnats de Nouvelle-Zélande, en octobre. Ce sera la première fois qu’elle dispute une épreuve hors de la Calédonie, elle qui rêve un jour de courir au Mont-Blanc.

 

Qui êtes-vous, Leslie Nowicki ?

Quelle voiture conduisez-vous ?

Une Fiat 500 L, rouge bordeaux. C’est un modèle familial, mais ça va, ça ne fait pas « pot de yaourt ». Avant, j’avais une Suzuki Swift noire, ça allait bien avec ma conduite un peu… sportive.

Si vous étiez un animal ?

Un oiseau, pour sa liberté. Mais pas un Cagou, il ne vole pas !

Le plus bel endroit où vous êtes allée ?

J’adore les Alpes, en France. J’y ai souvent skié. La dernière fois, c’était dans le domaine des Portes du Soleil. Très sympa.

L’endroit où vous rêvez de poser les pieds ?

Le Canada, plutôt à l’Est, dans la partie Québec. J’aimerais y courir un jour, voire pourquoi pas y habiter. J’y pense.

Votre plat préféré ?

Je mange équilibré, mais l’île flottante est mon péché mignon.

Avec qui aimeriez-vous passer une soirée ?

L’Espagnol Kílian Jornet, spécialiste de l’ultra trail, de la course en montagne et de l’alpinisme. Ce mec est un extraterrestre.

 

Anthony Fillet / anthony.fillet@lnc.nc

Laisser un commentaire