LNC du 06/04/2017 : Axelle Nardoux retrouve le goût des raids du Nord

0
187
trail. La 18e édition du Grand Prix des raids du Nord sera lancée samedi avec la première manche à Kouaoua. Lauréate en 2015 et après un an passé en Métropole, Axelle Nardoux fait son retour sur ce circuit. Sans pression.
Traileuse assidue, Axelle Nardoux, ici lors du dernier Trail de la Ouenghi où elle a terminé à la 2e place du classement féminin, évolue dans un milieu très sportif depuis sa jeunesse, grâce à sa famille.
Traileuse assidue, Axelle Nardoux, ici lors du dernier Trail de la Ouenghi où elle a terminé à la 2e place du classement féminin, évolue dans un milieu très sportif depuis sa jeunesse, grâce à sa famille. Photos DR

La forme est bien présente. Les entraînements se déroulent comme convenu. Sous les conseils de Fabrice Belot depuis maintenant deux années, Axelle Nardoux s’est trouvé une passion pour le trail. Issue d’une famille de sportifs, elle a découvert les courses dès son arrivée sur le territoire il y a six ans. « La nature, les paysages, l’effort intense, autant d’éléments qui me plaisent. C’est une discipline assez complète, particulière aussi. On y côtoie des personnes extrêmement gentilles et il y règne une bonne ambiance. » Dans son calendrier, les manches de la 18e édition du Grand Prix des raids de la province Nord sont marquées d’une grosse croix.

 

Une question de régularité

Des rendez-vous importants pour elle. Pour s’y préparer, les entraînements varient, entre « fractionné, entraînements spécifiques trail, vélo sur route ». La jeune femme de 29 ans, passée un temps par le triathlon, n’a pas le temps de s’ennuyer lors de ses cinq séances hebdomadaires.

Pas d’affiliation à un quelconque club, elle partage ses sorties avec son compagnon, rencontré sur les pentes ardues, lors d’un trail. « Le Raid de Hienghène, c’est mon préféré, parce que c’est là que j’ai rencontré mon compagnon », avoue-t-elle en souriant. Arrivée en 2011 sur le Caillou, elle est repartie un an en Métropole l’an dernier pour suivre son conjoint, qui terminait ses études. Après, l’envie de revenir en Calédonie était trop présente. « J’ai ma famille qui vit ici à Boulouparis. Je les ai rejoints il y a cinq ans. » Au départ, c’est dans l’esthétique qu’elle avait tracé son chemin. Finalement, elle est devenue chef de projet digital, lui permettant de faire du télétravail et d’avoir plus de facilités à combiner le boulot avec ses entraînements.

 

Sacrée championne en 2015

La difficulté dans les raids du Nord, c’est ce côté challenge. Un total de six courses réparties sur six mois, allant d’avril à septembre, où l’objectif est de grappiller le plus de points possible au fil des étapes. Il y a deux ans, même sans prendre part à la dernière manche, Axelle avait remporté le classement général, avec trois victoires. « J’avais déjà une belle avance sur ma plus proche concurrente. Elle devait gagner la course pour remporter le championnat et elle termine deuxième. Il y a donc des points attribués à chaque place qui sont cumulés à la fin. Si on s’aligne sur les six, on a un bonus. » Cette année, elle devrait s’aligner sur la totalité des raids. « L’importance sera de donner le meilleur, de courir le mieux que je peux. Il y a d’autres très bonnes traileuses, l’important c’est de se surpasser. » Une victoire qui lui permettrait d’inscrire un peu plus son nom sur les tablettes de résultats.

 

Repères

Le calendrier

8 avril : Raid de Kouaoua

13 mai : Raid de Voh

17 juin : Raid de Canala

22 juillet : Raid de Gomen

12 août : Raid de Hienghène

9 septembre : Raid de Houaïlou

 

Bagarre pour le podium

Ludovic Lanceleur absent, la voie est ouverte pour le titre chez les hommes. Christophe Castille et Damien Boutellier, respectivement deuxième et troisième du classement général l’an dernier, seront les favoris à la victoire finale. « L’objectif est clairement de gagner », affirme le premier, en forme mais qui craint la chaleur annoncée.

 

Infos pratiques

Le départ sera donné à 6 h 30 pour le grand raid de 19 km et à 7 heures pour le mini de 8,5 km. Les coureurs feront face à un dénivelé de 1 130 m pour le grand et 500 m pour le petit. L’édition précédente, Ludovic Lanceleur et Enora Ménec avaient remporté cette première manche.

500 coureurs

Les inscriptions sont closes. Près de 500 coureurs seront au départ de cette première manche à Kouaoua, autour de la tribu de Koh.

Noémie Lins

Laisser un commentaire