LNC du 07/07/2014 : Trail. 23e édition de la Transcalédonienne

0
125

Deux jours à perdre haleine

 

Tracé compétitif, concurrents affûtés, bénévoles aux abois et populations accueillantes. Organisée à Koné, la 23e Transcalédonienne a tenu toutes ses promesses ce week-end. Revivez ces deux jours de trail dans les pas de Ludovic Lanceleur.

 

Ludovic Lanceleur (à gauche), double tenant du titre, a finalement pris la troisième place cette année avec son équipe, Joyli, composée de Dominique et Sabrina Ecoiffier.

Photos Matthieu Bigouroux

 

Samedi, 5h30. La Transcal 2014 n’a pas encore démarré mais la tribu de Koniambo, qui accueille l’épreuve, et les bénévoles de Défi santé sont dans les starting-blocks. Durant deux jours, 700 concurrents vont investir le site. En coulisses, tout est donc déjà prêt. Côté terrain, le soleil n’est pas encore levé mais les concurrents sont déjà sur la ligne de départ. On s’échauffe et on observe le tracé sur sa carte. La nuit a été courte. Pour Ludovic Lanceleur, le double tenant du titre, c’est un match de football qui l’a réveillé tôt. « Je me suis levé pour le match des Bleus. J’ai pris un léger petit-déjeuner et je suis venu directement pour m’échauffer. Je ne devais pas courir cette année. Des amis avec un partenaire blessé m’ont demandé de compléter l’équipe. Sans vrai entraînement, je vais prendre du plaisir et nous verrons. »

Motivation. Ce matin, les traileurs sont comme des lions en cage sur la ligne de départ. On ajuste son sac, pendant que Christian Perez, l’organisateur, effectue le décompte, repris en chœur par les 152 équipes du jour. C’est parti pour 37,5 km ! Les Cochereau, Bouteiller, Lanceleur et consorts prennent les rênes de la course telles des fusées. 14 équipes arrivent déjà au PC1, 7 kilomètres plus loin, en 45 minutes. Vingt-deux bornes après, au PC3, le premier grand défi est là. A 9h13, la tribu Atéou et son massif de 780 m d’altitude, le plus haut du tracé. Plus que cinq équipes en tête qui se tiennent en trois minutes. La tribu, la plus haute de Nouvelle-Calédonie, n’a pas failli à sa réputation. Ludovic est dans le coup. Après quoi court-il ? Il répond sans faille : la victoire. Sa femme, Prisca, toujours en bord de route, ne dément pas. « Il court depuis l’âge de 8 ans. C’est sa passion. Il en a besoin. » Les résultats du jour sont actés. La hiérarchie ne bougera plus. Les « Citrons pressés », en Trans unisexe, terminent premiers du jour devant la team « Montagnat », en Trans mixte, l’épreuve reine. Ludovic et sa nouvelle équipe complètent le podium général. « C’est parti vite. On les a laissés partir mais on s’est retrouvés au PC4. Ça nous a reboostés pour garder la distance et terminer deuxièmes en mixte à quatre minutes. Le mental a été important. C’est ça la Transcal. » Dimanche, 7h00. Même si la pluie a fait son apparition pour cette deuxième journée, la foule et la fête sont bien à Koniambo. La Trans découverte et les autres catégories prennent part au spectacle. Ludovic, lui, est remonté pour les 30,5 km du jour. Il charge son sac d’eau, stratégie en tête. « On veut aller chercher les premiers. Il faut gérer les jambes lourdes et assurer le finish. »

 

Rythme. Le départ est lancé et le rythme de la veille n’a pas changé. En une heure, 113 équipes passent déjà le PC1 en avalant 4,2 km. Une heure plus tard et après 18 kilomètres d’efforts, les premières équipes passent déjà le PC4 et le gros dénivelé du jour à 580 m. La course va vite, très vite et la fin du tracé, très roulant, se finit dans un rythme incroyable. La team « La Licorne » de Damien Bouteiller, troisième hier, franchit finalement la ligne en première position dans la Trans mixte. Première hier, l’équipe Montagnat glane aujourd’hui la seconde place et par la même occasion cette édition 2014, au général. Ludovic Lanceleur, lui, terminera finalement troisième. Une belle satisfaction pour le double tenant du titre et sa nouvelle équipe. « On a fait un mano a mano tout le long de la course. On a pris la tête mais ça s’est durci en milieu de tracé. On pensait rester au contact pour le finish mais ils étaient trop forts. Cette troisième place est une belle performance. Il va falloir souffler maintenant » ajoute-t-il, fatigué mais fair-play. Même s’il n’a pas encore fixé son planning pour 2015, pendant que chacun finit sa course, à la question ferez-vous la Transcal l’année prochaine ? Ludovic a tout de même répondu : « Oui, sans hésiter. » Quand la passion est là…

Le palmarès 2014

Trans mixte
1. Montagnat (Cochereau, Favier, Guesdon) en 8h57’49
2. Licorne Sports (Bouteiller, Santos, Hiri Goyen) à 5’24
3. Joyli (Ecoiffier, Lanceleur, Ecoiffier) à 12’34
4. Les Krenos (Soleirol, Giarmana, Biondo) à 42’32
5. Moving (Gilquin, Humeau, Cochou) à 1h03’01”

Trans unisexe masculin
1. Les Citrons Pressés (Guillaume, Richard, Bur) en 8h57’40
2. Y avait pas de femme (Esposito, Samanich, Obizil) à 22’07
3. Road Trans Distri (Le Gallic, Devillers, Robert) à 33’31
4. Les Barggots du RSMA (Mafoa, Odules, Lahoun-Pecooste) à 1h23’56
5. Pacific Energy 2 (Kauptun, Lakin, Lawakerp) non classé, abandon la première journée.

La réaction

Caroline Favier (équipe Montagnat), vainqueur en Trans-mixte
« Après notre perf d’hier (premier), on voulait cette victoire. On termine second aujourd’hui mais premier au final. Les cinq derniers kilomètres de course aujourd’hui (dimanche) ont été trés compliqués. Le tracé a demandé de s’employer et nous n’avons rien lâché. Il a fallu gérer les temps forts et les temps faibles. Ça a été une très belle fin avec un parcours très roulant. Après deux fois deuxième, cette année c’est la bonne. Je suis contente personnellement mais surtout pour l’équipe. Nous avons eu une belle cohésion et le niveau a été très relevé. C’est une belle satisfaction. »
 

Matthieu Bigouroux

Laisser un commentaire