LNC du 09/07/2020 : Xavier Thévenard manque le record de la traversée de la Corse

0
92
Xavier Thévenard (en bleu, au centre) était accompagné lors de son périple.Photo AFP
Xavier Thévenard (en bleu, au centre) était accompagné lors de son périple. Photo AFP

TRAIL. Le champion de l’ultra-trail Xavier Thévenard a bouclé mardi à Conca (Corse du sud) le mythique sentier GR 20 en 32 heures et 32 minutes, manquant le record de la traversée de 180 kilomètres (pour 14 000 mètres de dénivelé) établi en juin 2016.

Le triple vainqueur de l’Ultra-Trail-du-Mont-Blanc (UTMB) a signé la 3e meilleure performance, après celle de François D’haene (31 heures et 6 minutes) et du Corse Guillaume Peretti en juillet 2014 (32 heures). Il devance l’Espagnol Kilian Jornet, qui avait terminé le sentier en 32 heures et 54 minutes en juin 2009.

Sur certaines « parties techniques, ce n’était pas humain. Les 15 derniers kilomètres, c’était un chemin de croix, je n’ai jamais connu ça. C’est un projet qu’on ne fait qu’une fois dans sa vie, jamais je ne referai ce sentier, ça c’est sûr », a soufflé Xavier Thévenard, les traits marqués et des larmes encore dans les yeux, après avoir été acclamé par une centaine de personnes à son arrivée. « Jamais je n’aurais pu finir un projet comme celui-là sans avoir été poussé par tous ces gens. J’aurais la Corse dans mon cœur jusqu’à la fin de mes jours », a-t-il poursuivi.

Départ rapide

Le Jurassien de 32 ans, licencié dans un club de trail en Corse où vivent ses parents, a été accompagné tout au long de sa tentative par une trentaine de pacers officiels (sorte de lièvres), pour la plupart corses, mais aussi par de très nombreux coureurs anonymes. Sur les différents points de ravitaillement, ce sont des dizaines de personnes, y compris la nuit, qui l’attendaient pour l’encourager.

Parti lundi à 4 heures de Calenzana (Haute-Corse), il a rallié Conca, au sud de l’île, mardi à 12 h 32 via une douzaine de points de passage obligatoires pour l’homologation de la performance.

Lancé à vive allure dès le départ, il a d’abord dû négocier une grande partie très technique (environ 80 kilomètres) faite essentiellement de cailloux. Au point de passage de Capanelle (96e kilomètre), il est apparu épuisé au début de la nuit. Il a ensuite réussi à se remettre correctement en course avant de souffrir en fin de parcours.

Previous articleLNC du 07/07/2020 : Le pari osé de Xavier Thévenard
Next articleLNC du 15/07/2020 : « Dédé », l’inusable traileur

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here