LNC du 09/10/2017 : Gravir des marches pour la bonne cause

0
110
Baie-des-Citrons. C’est une course inédite en Nouvelle-Calédonie qui s’est déroulée hier matin. La Verticale Linckia, du nom du club Lions qui l’a organisée. Objectif : grimper le plus vite possible les 287 marches de la Casa del Sole.

Avant la course, les coureurs attendent le top départ sur le parking de la Casa del Sole. Certains s’échauffent, d’autres discutent dans une ambiance décontractée. Photo Julien Cinier A.-C.P.

Parmi la trentaine de participants, personne ne sait vraiment à quoi s’attendre, en ce dimanche matin, sur le parking de la Casa del Sole. Les premiers échauffements ont commencé, et les discussions bruissent sur l’épreuve à venir. Si les courses verticales se pratiquent dans le monde entier, c’est une première sur le territoire. Une idée de Mireille Levy, vice-présidente du Lions club Nouméa Linckia. « J’ai vu une course sur 77 étages en Australie. Il y a plein de raideurs et de triathlètes ici, et vu qu’on cherche toujours de nouveaux concepts, je me suis dit que c’était opportun. » Après une tentative au Ramada au mois de mars, c’est finalement à la Casa del Sole que cette course pas comme les autres a eu lieu, hier.

 

Du cardio et de la vitesse

Le premier concurrent s’élance à 8 heures avec, après, un départ en décalé toutes les deux minutes. L’effort est court, mais très intense. Il s’agit de grimper le plus vite possible les 287 marches des 18 étages de la résidence, soit 62 mètres de dénivelé. À l’arrivée, les coureurs partagent leurs impressions. « Vraiment, ça va super vite. C’est un beau challenge très physique, il y a un choc sur la fin, raconte Joëlle, arrivée deuxième des femmes. Et niveau cardio, c’est très intense. Au 14e étage, le mental a pris le dessus. »

Ludovic a testé le parcours en avant-première pour le Lions club. Hier matin, il a fini premier chez les hommes. « C’est un effort qui est très rapide. J’ai été surpris de la vitesse à laquelle ça se monte. Je sautais trois ou quatre marches à chaque fois. » Certains sont un peu étonnés de ce qu’ils ressentent. « Moi je suis plutôt un traileur, témoigne Bertrand. Je pensais que ce serait plus facile. À un moment donné, on a la tête qui tourne à force de prendre les virages à chaque étage, les repères ne sont pas les mêmes. Je pensais courir tout le temps, mais j’ai marché à la fin. » L’expérience lui a même donné envie de venir s’entraîner dans des escaliers.

 

En intérieur

La tête qui tourne, une sensation qui revient chez beaucoup de participants. « C’était facile jusqu’au 10e étage. Puis, j’ai eu la tête qui tourne et j’ai marché avant de me remettre à trottiner », déclare Lindsay. L’exercice est particulier. À la verticalité s’ajoute le confinement de l’espace. Les escaliers ne sont pas très larges. Rare sont les courses qui se déroulent en intérieur. « C’est fermé, on a le regard qui se perd et pas vraiment de repères », rapporte Joëlle. Des sensations inhabituelles qu’il faut apprendre à gérer. Cette nouveauté dans le paysage des courses n’est pas pour déplaire à Ludovic. « Ici, il n’y a que des raids, c’est bien de varier, ça fait une bulle d’air. » Motivation supplémentaire ? Courir pour la bonne cause. « Je n’avais jamais fait quelque chose comme ça. On fait ça en s’amusant, et en plus, c’est pour aider des enfants. » Mireille Levy compte bien pérenniser ce rendez-vous. Et pense déjà à un immeuble plus haut pour l’année prochaine.

 

 

Repères

Classement

Chez les hommes :

1er, Ludovic Furcy, 1’35
2e, Andric Conan, 1’43
3e, Jean-Emmanuel Faure, 1’50

Chez les femmes :

1re, Laurence Conan, 2’06
2e, Joëlle Gardes, 2’11
3e, Christine Gaillard, 2’15

 

Pour les enfants malades

L’argent récolté grâce à la Verticale Linckia va servir à améliorer l’environnement des enfants malades, atteints de cancer. Il est reversé au Lions Sports Action, une association du Lions club créée il y a treize ans. Sa mission ? Lever des fonds à travers des épreuves sportives afin de financer la recherche et de mieux soigner.

Laisser un commentaire