LNC du 14/09/2014 : Neuvième édition de la Nouméenne

0
261

Affluence contre le cancer

Initiée en 2004 par Marie-Jo Berthet, la Nouméenne, course caritative exclusivement féminine organisée par l’ASPTT, a largement battu son record d’affluence, hier matin, à l’occasion de sa neuvième édition. Un gage de mobilisation contre le cancer du sein.
 

Entre l’élan de solidarité et les six billets d’avion à gagner par tirage au sort, la Nouméenne, malgré une météo incertaine, a largement battu son record de participation.

Entre l’élan de solidarité et les six billets d’avion à gagner par tirage au sort, la Nouméenne, malgré une météo incertaine,
a largement battu son record de participation.

Photo Paco

 

Le cancer du sein est l’affaire de tous et de toutes. Le message envoyé, hier, par le nombre sans précédent de femmes qui ont pris le départ de la Nouméenne est on ne peut plus clair. Et cette affluence record (voir ci-contre) devrait bénéficier au comité de Nouvelle-Calédonie de la Ligue contre le cancer.

« C’est énorme. C’est devenu le plus gros événement sportif de l’année ». Bénévole chargé de détourner la circulation rue de Charleroi, Yann Marty n’en croit pas ses yeux. « Si ça se continue, l’année prochaine, il va falloir trouver une autre solution. L’esplanade déborde », lâche-t-il, partagé entre joie et stupéfaction. Même surprise pour Christian Therville, organisateur de l’événement pour le compte de l’ASPTT. « On ne s’y attendait pas. On avait prévu 1 500 T-shirts et on pensait être large (…) La billetterie a été prise d’assaut », raconte-t-il. A tel point qu’à la hâte, des T-shirts non floqués ont été distribués aux dernières inscrites. Et que pour des raisons de sécurité, l’ASPTT a refusé, hier matin, 300 à 400 demandes d’inscription tardives.

 

Ambiance. Si une telle affluence n’était pas immédiatement perceptible durant l’échauffement à la course, elle l’est parfaitement devenue dès la mise en place sur la ligne de départ. A peine une dizaine de mètres après le top donné à 8 h 30, c’était l’embouteillage sur la voie de dégagement est. « On n’est pas près de battre le record de la course », s’en amusent quelques coureuses bloquées. Menant un groupe de danseuses de Zumba, Desthy, professeure de l’association Neofit, en profite pour lancer une chorégraphie. « De toute façon, on n’est pas là pour la course, mais pour rigoler, mettre de l’ambiance et faire danser les gens », témoigne-t-elle, sourire aux lèvres.

Installé à mi-parcours sur un stand dressé pour ravitailler les participantes, Jean-Maurice Sotirio, président du comité local de la Ligue contre le cancer, apprécie une telle affluence. « Bravo à toutes ces femmes qui donnent deux à trois heures de leur temps. » « C’est un signe que le message passe, même s’il faut encore faire de la prévention », ajoute-t-il. Sur les brochures distribuées par la Ligue, il est ainsi rappelé que le dépistage du cancer du sein est gratuit dès 50 ans; dépisté tôt, il peut être guéri huit fois sur dix. Pour lancer la démarche, il suffit d’appeler le 25 07 65 ou de s’inscrire sur le site de l’Agence sanitaire et sociale. En retour, une invitation, ainsi qu’une liste de tous les cabinets de radiologie où prendre rendez-vous, sont adressées.

 

Moisson. Sensibles à ces démarches, les coureuses y allaient de leurs messages d’encouragement pour les femmes les plus timides, qui tardent à franchir le pas. « Il y a de plus en plus de personnes touchées, alors c’est important de se mobiliser », insistait Océane, arrivée en compagnie de deux de ses amies. Quant à Honoré, qui a conduit femme, fille, tantine et sœurs sur place pour la première fois, il aurait également voulu participer à la course. « La santé, ça nous concerne tous. (…) Mes fils étaient aussi motivés pour courir », assure-t-il. Pas gagné, l’organisation préférant laisser le soin aux hommes de garder les enfants pour que mères et filles puissent s’inscrire.

Quoi qu’il en soit, la moisson s’annonce bonne pour la Ligue contre le cancer, à qui les bénéfices des inscriptions sont reversés. L’an passé, avec 1 200 participantes, elle avait ainsi récolté 1,2 million de francs. Elle pourrait toucher près de 1,85 million cette année.

 

Concurrente la plus jeune :
Clémence Malgogne, née le 10 octobre 1998.

Challenge de l’organisme avec le plus grand nombre de participantes
1er : Oxalis, 135 inscrites.
2e : lycée du Grand-Nouméa.
3e : Clinique de l’Ile-Nou.

Classement des licenciées :

1e : Isabelle Oblet, en 15’ 45”.

2e : Solenne Kerleguer.

3e : Chloé Nicolas.

Classement des non-licenciées :

1e : Sandrine Lethanh.

2e : Marylise Iste.

3e : Virna Mornaghini.

Concurrente la plus âgée :

Maryvonne Caillon, née le 26 avril 1938.
 

 

1 850

C’est le nombre de femmes qui se sont alignées, dimanche, le long de la voie de dégagement est, pour la neuvième Nouméenne. Soit 650 personnes de plus que l’an passé. A titre de comparaison, la course a attiré 800 coureuses en 2012. Une belle progression depuis la première édition, en 2004, qui ne comptait que 88 participantes.
 

Gédéon Richard

Laisser un commentaire