LNC du 15/02/2019 : Axelle Nardoux veut allonger la distance

0
173
Habitante de Val-Plaisance, Axelle Nardoux s’entraîne souvent dans son quartier. Photo T.M.

Habitante de Val-Plaisance, Axelle Nardoux s’entraîne souvent dans son quartier. Photo T.M.TRAIL. La coureuse de 31 ans sera alignée demain matin au départ du 24 kilomètres du Trail de la rentrée, à Boulari. Une reprise en douceur pour celle qui compte s’attaquer à l’Ultra trail de Nouvelle-Calédonie.

Les trails calédoniens d’une vingtaine de kilomètres, Axelle Nardoux les connaît bien. Victorieuse du classement féminin du Grand Prix des Raids de la province Nord en 2015 et en 2017, elle arpente les épreuves locales depuis son arrivée sur le territoire en 2011.

Souvent dans les premières à passer la ligne d’arrivée au côté d’Angélique Plaire, de Leslie Nowicki ou plus récemment de Marie-Cécile Cavell, elle sera au départ du tracé de 24 kilomètres du Trail de la rentrée, demain à Boulari. « C’est histoire de remettre un peu les baskets. Je le prends plutôt comme un entraînement », expose la natif de Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Un entraînement qu’Axelle Nardoux aborde tout de même avec sérieux. « Le week-end dernier, je suis allée faire un tour là-bas pour faire un peu de reconnaissance, confie-t-elle. C’est un endroit magnifique, mais super technique. Il y a pas mal de racines et de cailloux sur le chemin, avec un passage dans la forêt humide qui peut s’avérer assez glissant. Il va falloir être prudent. »

Le point de départ d’une saison qui devrait trouver son apogée avec l’Ultra trail de Nouvelle-Calédonie (UTNC) et ses 135 kilomètres, le 8 juin, en passant par le Trail des Cagous, le 21 avril.

Un trail au Népal

Un calendrier inédit pour la coureuse, qui avait remporté chez les féminines le « petit » format de 55 kilomètres de l’UTNC l’an dernier. C’est, jusqu’à maintenant, son plus long trajet parcouru en compétition sur une journée.

« L’idée, c’est d’augmenter progressivement la distance. C’est une nouvelle aventure, j’ai envie de voir comment mon corps va réagir, comment gérer la fatigue ou encore l’alimentation », explique Axelle.

Des notions qu’elle avait déjà expérimentées au Népal, il y a un peu moins de deux ans. Elle avait pris part avec son compagnon Guillaume Boccas – lui aussi bien connu dans le milieu du trail calédonien – au Solukhumbu trail, une course de près de 300 kilomètres sur deux semaines, qui les avaient menés jusqu’au camp de base de l’Everest.

Si le couple aime découvrir des pays à travers la course à pied, c’est au quotidien qu’ils vivent leur passion commune. « On s’entraîne ensemble (5 fois par semaine en moyenne, NDLR), même s’il part souvent devant (sourire). C’est un challenge d’essayer de le suivre », raconte Axelle Nardoux. Ce qu’elle tentera une nouvelle fois, demain matin.

Le programme du Trail de la rentrée

La première édition du Trail de la rentrée sonne l’heure de la reprise pour les coureurs du Caillou. Demain matin, à partir de 7 heures au stade de Boulari, ils devraient être près de 300 sur la ligne de départ des deux boucles de 24 kilomètres (pour 1 200 mètres de dénivelé positif) et de 11 kilomètres (600 mètres de dénivelé positif). Deux épreuves qu’il sera possible de courir seul ou par équipe. Pour les retardataires, il sera possible de s’inscrire sur place avant le départ. Tarifs compris entre 2 500 francs et 6 000 francs.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant