LNC du 17/08/2015 : URBAN TRAIL

0
133

LA VILLE LUI APPARTIENT

Dans une épreuve mixant bitume, piste et sable, Mathieu Szalamacha s’est imposé in extremis face à Audrey Guyot. Parti quinze minutes après les féminines, le triathlète a rattrapé la traileuse juste avant la ligne d’arrivée hier matin à l’Anse Vata.

Mathieu Szalamacha a su imprimer un rythme d’enfer à tous ses rivaux pour les décrocher un à un. Sur la plage de l’Anse-Vata, il a toutefois décidé d’attendre Audrey Guyot pour franchir la ligne d’arrivée main dans la main.

Mathieu Szalamacha a su imprimer un rythme d’enfer à tous ses rivaux pour les décrocher un à un. Sur la plage de l’Anse-Vata, il a toutefois décidé d’attendre Audrey Guyot pour franchir la ligne d’arrivée main dans la main.

Photos D. R.

Mathieu Szalamacha rejoint, dépasse, puis lâche sa rivale Audrey Guyot. Sur le sable de l’anse Vata, cette dernière sent que la course et la victoire se jouent précisément à ce moment hier matin. Seule en tête durant toute l’urban trail, l’issue est cruelle pour celle qui a distancé tous ses concurrents le long du parcours de 13 kilomètres longeant les baies de Nouméa.

Mais à 400 mètres de l’arrivée, située devant l’aquarium, elle sait qu’elle ne peut soutenir l’allure de l’expérimenté triathlète, médaillé de bronze aux derniers Jeux du Pacifique, parti quinze minutes après elle au départ donné à Magenta. Et, alors que les vagues lèchent les mollets des deux coureurs, l’improbable se produit. Mathieu Szalamacha stoppe son élan, s’arrête puis se retourne. Il tend la main à Audrey Guyot et lui propose de parcourir et de franchir ensemble les derniers mètres de l’urban trail jusqu’à la ligne fatidique. Un geste noble qui malheureusement ne va pas aboutir. « Ça a vraiment été fair-play de la part de Mathieu [Szalamacha)] de m’attendre, affirme Audrey Guyot, qui a gagné la Transcal chez les féminines en 2014. Mais les organisateurs n’ont pas voulu nous déclarer vainqueur ex-aequo. Il fallait un gagnant. Et c’était logique que ce soit lui. »

 

Ascension. Logique, en effet, tant Szalamacha a survolé l’épreuve urbaine, dominant un à un les autres favoris. Pourtant spécialiste de la course sur route, il place une estocade dévastatrice sur Jérémy Obozil dans l’ascension du Ouen Toro, principale difficulté de la journée. « Je ne m’attendais pas à ça, raconte ce dernier. Théoriquement je suis censé être meilleur que Mathieu dans les côtes et je me suis fait surprendre. Je voulais l’attaquer dans le Ouen Toro et finalement c’est lui qui m’a attaqué. »

Si Nordine Benfodda, qui finit quatrième de la course, résiste mieux, il est lui aussi dépassé par le vainqueur du jour. Mais à chaque montée, le coureur de 10 000 mètres perd de précieuses secondes face à Szalamacha. « C’était une course de reprise pour moi après les Jeux, note-t-il, alors que je souffre toujours d’une tendinite. Je voulais aussi voir où j’en suis avant le semi-marathon de la semaine prochaine. J’ai tout donné mais je ne pouvais rien faire de plus aujourd’hui. »

 

Ombre. Juste avant d’arriver sur la plage de l’Anse-Vata, laissant derrière lui les pistes du Ouen Toro et la promenade Pierre Vernier, Szalamacha ne lève pas le pied. Solenne Kerleguer, qui le voit débouler dans son ombre au niveau de la Bodega à un kilomètre de l’arrivée, est incapable de rester dans sa roue.

Presque surpris de sa performance, le triathlète, affûté, savoure avec un grand sourire son succès. « Je suis venu sur cette épreuve sans préparation spécifique, lance-t-il. Je ne savais même pas quels autres concurrents il y aurait face à moi. Aujourd’hui ça bien marché, tant mieux. » Sans aller jusqu’à parler d’échauffement, cette première place est en tout cas une bonne remise en jambes en vue des futures échéances qui l’attendent. Des rendez-vous beaucoup plus éprouvants puisqu’il va se lancer dans un double défi. Participer au Tour de Calédonie en octobre et tenter de se qualifier pour les Mondiaux d’Half Ironman qui auront lieu à Moloolaba en Australie en 2016.

 

 

■ Classement

1. Mathieu Szalamacha en 1h12:05
2. Audrey Guyot en 1h12:06
3. Solenne Kerleguer en 1h13:05
4. Nordine Benfodda en 1h13:06
5. Jérémy Obozil en 1h14:11

 

Retrouvez tous les résultats dans notre prochaine édition.

François Benito

Laisser un commentaire