LNC du 19/08/2013 : Athlétisme. 31e édition du Marathon International de Nouvelle-Calédonie

0
151

Trop chaud pour les chronos

 

Les temps de référence étaient prometteurs, mais sous le chaud soleil nouméen d’hier, il était clairement impossible aux athlètes invités d’approcher leurs meilleurs chronos. Les victoires du Japonais Sho Matsumoto et de la Kiwie Shireen Crumpton n’en demeurent pas moins belles.

Shireen Crumpton, lauréate féminine, Sho Matsumoto, vainqueur chez les messieurs, et Ludovic Lanceleur, premier Calédonien, ont compté parmi les principaux animateurs de la matinée. Manque ici Odile Huon, première Calédonienne.

Photo Jacquotte Samperez

 

Il est venu, il a vu, il a vaincu. Pour sa première venue sur le marathon international du Caillou, Sho Matsumoto n’a pas fait dans la tragédie grecque mais plutôt dans la conquête façon Rome antique. Un temps inquiété par son futur dauphin, l’Australien Rowan Walker, le Nippon a très vite rectifié le tir sur le tracé du pourtour littoral nouméen, pour finalement s’imposer en 2h26’20. « Un temps parfaitement conforme à l’objectif que je m’étais fixé ici », exposait à son arrivée l’ultra favori du jour, pourtant fort d’un temps d’engagement de 2h13’38. Une chose qui lui permettait ainsi, sur le papier, de convoiter le record de l’événement (2h16’56, en 1997). « J’avais étudié les conditions de la course avant de prendre le départ, et je savais qu’avec cette température et le relief à certains endroits, il me fallait revoir mes prétentions à la baisse », soulignait avec justesse le 25e vainqueur de l’épreuve.

 

Relief. Une analyse partagée par son second, qui n’arrivait malgré tout pas à se satisfaire du temps affiché au-dessus du portique matérialisant l’arrivée, face à la tribune de l’hippodrome Henri-Milliard. « Avec mes 43 ans, j’ai vraiment souffert de la chaleur, témoignait le résident de la trop méridionale Canberra, de fait terriblement mal acclimaté aux conditions d’hier. Ajoutez à cela le vent et le relief, et c’en était fini de mes espoirs de succès. Sho était trop fort… » Pas de doute, il fallait donc être Calédonien pour se satisfaire des températures de la matinée. Les records personnels signés par Odile Hon et Ludovic Lanceleur, les meilleurs locaux du jour, en sont bien sûr les plus criants exemples. Créditée d’un très bon 3h12’28 qui lui a fait terminer son périple au pied du podium féminin – dominée par une Sheeren Crumpton, lauréate en 2010, elle encore bien loin de ses chronos habituels (3h02’59 contre 2h50 en 2003) -, celle qui n’avait jamais franchi la barre des 3h20 a explosé sa précédente marque malgré un contexte particulièrement ardu : « j’ai couru toute la seconde moitié du parcours sans le moindre athlète à mes côtés, à devoir imprimer et maintenir mon allure dans l’isolement le plus total ! Ça a vraiment été éprouvant… » La sociétaire de l’ASPTT est toutefois parvenue à se qualifier pour le prochain semi-marathon de Tachikawa (Japon), récompense réservée chaque année aux meilleurs athlètes du cru, messieurs et dames. À ses côtés dans l’avion, Ludovic Lanceleur a, quant à lui, pu obtenir son billet sans trop de souffrance. « Je suis habitué à la chaleur, et durant les quinze premiers kilomètres, nous étions quatre Calédoniens à nous entraider : Sébastien Guesdon, qui a eu la sympathie de jouer le rôle de lièvre, Antoine Planès et Oswald Cochereau. »

 

Abandon. C’est d’ailleurs aux côtés de ce dernier que l’imbattable Lanceleur avait projeté de faire la course, sur des bases de 2h38, trois minutes en deçà du temps finalement réalisé (2h41’19). Victime de sérieuses douleurs intestinales au 15e kilomètre, son acolyte abandonnait finalement dix kilomètres plus loin. Antoine Planes, qui avait choisi de laisser filer Lanceleur au même moment, n’en demandait pas tant pour s’offrir une belle deuxième place locale, en 2h45’02. Un temps d’ailleurs nettement meilleur que celui de sa dernière participation, voici quatre ans, malgré une préparation bien hâtive. En d’autres termes, les locaux étaient bel et bien chez eux, hier matin.

Fabrice Belot, premier surpris

À court d’entraînement et pas au mieux de sa forme, Fabrice Belot a été le premier étonné par sa victoire sur le semi-marathon. « Mais je fais quand même profil bas », ironisait, sur la ligne d’arrivée, le Calédonien tout amusé d’avoir été distancé par les meilleurs marathoniens du jour… Pas vraiment dans les habitudes de celui qui dispose d’un chrono de référence d’1h08’39 sur les 21,097 kilomètres (réalisé d’ailleurs sur le très exigeant parcours breton de Saint-Pol – Morlaix), et qui avait en outre à effacer des tablettes son abandon sur l’édition 2012 du « semi » nouméen. « Je me remets péniblement de douleurs au mollet qui m’ont éloigné de la route pendant plusieurs semaines, et c’est pourquoi je ne visais rien aujourd’hui (hier), expliquait le sociétaire de l’AC Païta. Quand le favori, Sho Matsumoto (finalement vainqueur de la distance reine, NDLR), a annoncé qu’il glissait sur le marathon, je savais que les autres engagés ne présentaient pas des records personnels aussi exceptionnels que celui du Japonais. Mais malgré tout, la victoire me paraissait encore bien incertaine. Quand on est à court d’entraînement et notamment de travail spécifique, la fatigue arrive plus vite. Elle est d’ailleurs arrivée après 45 minutes de course pour moi, et j’ai dû batailler tout au long de ma dernière demi-heure pour l’emporter » D’autant que derrière lui, le Japonais Yasuke Yano aura mis la pression sur le Calédonien jusqu’au bout du bout du tracé des baies. Belot, qui a annoncé avoir l’intention de boucler sa saison en ne prenant part qu’aux épreuves sur route du calendrier (pas de trail, pas de piste) s’est en effet imposé en 1h15’49, dix petites secondes devant son rival du jour. C’est un autre Calédonien, le triathlète Mathieu Szalamacha, qui a pris la dernière place du podium en 1h18’17. Côté dames, Haruka Yamagushi était trop forte pour la concurrence locale. En 1h20’46, la Japonaise s’est imposée loin devant Josiane Chipeaux, créditée d’un temps d’1h33’45.

 

Les résultats

Marathon dames
1. Crumpton Shireen (NZL) 3h02’59, 2. Mensch Natalie (AUS) 3h05’40, 3. Breen Verity (AUS) 3h09’55, 4. Huon Odile (FRA) 3h12’28, 5. Oka Satomi (JAP) 3h18’27, 6. Blanchon Christelle (FRA) 4h12’47, 7. Komatsu Hiromi (JAP) 4h16’06, 8. Caldwell Sarah (FRA) 4h28’16, 9. Huet Constance (FRA) 4h45’54, 10. Nakano Satoko (JAP) 4h48’37,
11. Hosomi Reimi (JAP) 4h55’19, 12. Elias Elodie (AUS) 5h01’13, 13. Morikawa Sachiko (JAP) 5h04’44, 14. Kimura Asako (JAP) 5h17’20, 15. Suwa Masano (JAP) 5h19’15, 16. Uemura Asuka (JAP) 5h24’11, 17. Ishihara Hiromi (JAP) 5h32’25, 18. Ishihara Nozomi (JAP) 5h32’26, 19. Nakazato Emi (JAP) 6h14’55, 20. Aihara Chika (JAP) 6h20’40, 21. Kato Miyo (JAP) 6h25’03, 96. Ishikawa Nobue (JAP) 6h25’04.

 

Marathon messieurs
1. Matsumoto Sho (JAP) 2h26’20, 2. Walker Rowan (AUS) 2h27’50, 3. Emoto Satoshi (JAP) 2h36’26, 4. Vanhoovels Johan (NZL) 2h37’31, 5. Walshe Nick (AUS) 2h39’33, 6. Lanceleur Ludovic (FRA) 2h41’19, 7. Planes Jose-Antoine (FRA) 2h45’02, 8. Nakazato Kazuhiko (JAP) 2h58’24, 9. Guyomarch Gaetan (FRA) 3h04’10, 10. Samanich Yohan (FRA) 3h06’42,
11. Elias Pierre (AUS) 3h06’42, 12. Pouliquen Ronan (FRA) 3h08’01, 13. Leheutre Xavier (FRA) 3h11’24, 14. Loubriat Christophe (FRA) 3h14’06, 15. Bombanel Alain (FRA) 3h16’43, 16. Shiiya Tomoaki (JAP) 3h19’44, 17. Yamada Hayato (JAP) 3h22’14, 18. Laurent Eric (FRA) 3h22’59, 19. Ozaki Tomoya (JAP) 3h24’36, 20. Charron Christophe (FRA) 3h25’45,
21. Ueda Minoru (JAP) 3h26’53, 22. Guy James (VAN) 3h28’18, 23. Herbert Mickael (FRA) 3h28’43, 24. Koutima Serge (FRA) 3h28’45, 25. Merjeux Christophe (FRA) 3h31’43, 26. Therville Christian (FRA) 3h32’55, 27. Grare Sylvain (FRA) 3h34’33, 28. Sano Hiroaki (JAP) 3h35’56, 29. Kamota Tetsuaki (JAP) 3h39’40, 30. Parry Jerome (FRA) 3h39’42,
31. Nassih Gregory (FRA) 3h39’56, 32. Genier Grégoire (FRA) 3h40’35, 33. Shirasu Morio (JAP) 3h43’12, 34. Letellier Corentin (FRA) 3h45’00, 35. Letellier Jason (FRA) 3h45’00, 36. Mailliot Christian (FRA) 3h47’19, 37. Ota Yoshiyuki (JAP) 3h48’15, 38. Oguchi Taro (JAP) 3h50’31, 39. Grivel-Delillaz Jerome (FRA) 3h52’25, 40. Sawae Kyoji (JAP) 3h53’28,
41. Guilloux Anthony (FRA) 3h53’41, 42. Vilain Olivier (FRA) 3h54’52, 43. Hosomi Hitoshi (JAP) 3h55’28, 44. Lefebvre Herve (FRA) 3h56’35, 45. Yamada Noriyuki (JAP) 3h57’48, 46. Versluys Fabien (FRA) 3h58’07, 47. Robert Hervé (FRA) 3h59’42, 48. Lambert Ludovic (FRA) 4h03’07, 49. Naoi Noboru (JAP) 4h06’29, 50. Philippot Gontran (FRA) 4h06’41,
51. Genty Pierre-Henry (FRA) 4h07’39, 52. Riquet Raphael (FRA) 4h09’40, 53. Delage Alexandre (FRA) 4h09’44, 54. Eve Matthieu (FRA) 4h12’17, 55. Boulet Stephane (FRA) 4h14’43, 56. Cave Andrew (NZL) 4h18’59, 57. Chauvet Laurent (FRA) 4h20’00, 58. Cazeres Glen (FRA) 4h22’59, 59. Lafont Guillaume (FRA) 4h26’58, 60. Gillet Axel (FRA) 4h28’07,
61. Siew Eu Ho (AUS) 4h29’13, 62. Ishii Kenji (JAP) 4h31’32, 63. Katsumata Eiichi (JAP) 4h35’21, 64. Onishi Takeshi (JAP) 4h39’38, 65. Guy Sebastien (FRA) 4h42’57, 66. Du Roure Thibaut (FRA) 4h42’57, 67. Le Goff Yves (FRA) 4h43’49, 68. Mizumoto Yoichiro (JAP) 4h44’40, 69. Naka Toru (JAP) 4h49’04, 70. Shimojo Yuzaburo (JAP) 4h59’01,
71. Fukaya Kazuaki (JAP) 5h20’44, 72. Horikawa Toshihiko (JAP) 5h20’56, 73. Kusumoto Takashi (JAP) 5h24’11, 74. Powell Bernard (FRA) 5h37’55, 75. Adi Andre (FRA) 6h25’03.

A.C.

Laisser un commentaire