LNC du 19/01/2015 : Va’a. Troisième regroupement de la future sélection territoriale

0
108

La rigueur sinon rien

Sous les yeux de Titouan Puyo, invité averti, les différents rameurs du Caillou se sont réunis à la base nautique de Plum ce week-end. L’objectif de la ligue était de continuer la formation du groupe qui représentera la Calédonie en juillet aux Jeux du Pacifique.

vaa

La liste définitive des rameurs présents aux Jeux du Pacifique 2015 sera rendue au CTOS en mai.
Photo Titouan Puyo

Samedi, huit heures du matin. La ville de Plum se réveille, doucement, comme chaque week-end. Pourtant, dans la salle omnisports du collège, le contraste fait mouche. « On n’est pas en colonie de vacances ici ! On veut des athlètes pour les Jeux ! » Le ton est donné. C’est là, en effet, à quelques centaines de mètres du plan d’eau de Plum que la Ligue calédonienne de va’a a décidé d’organiser le troisième regroupement de ses athlètes.

 

Affûté. L’objectif est toujours le même. Continuer le travail de détection des futurs rameurs qui représenteront les couleurs du Caillou à Port Moresby en juillet prochain. « On fait un état des lieux des forces en présence après les fêtes de fin d’année. On veut voir où en est le groupe physiquement. On va commencer par des exercices fractionnés avec des paliers d’efforts. Le but est que chacun d’eux augmente ses paliers, se dépasse d’ici les Jeux à travers les différentes autres réunions et arrive affûté le jour J », explique Georgy Taero, coach de la sélection féminine. Seulement huit filles et treize garçons composeront en effet la sélection calédonienne dans un sport où le physique tient une place primordiale. Du coup, les participants du jour ne se ménagent pas et s’encouragent. Etirements intensifs, sprints fractionnés, musculation, sueur et don de soi sont au menu du jour. Pour l’occasion, Titouan Puyo, ancien pensionnaire de l’équipe cagoue, était venu leur rendre visite. « Je suis venu voir les anciens collègues de rame et aussi les nouvelles recrues. Si je peux inculquer un peu de mon expérience des compétitions pros en sup aux jeunes de l’équipe, je le ferai aussi avec plaisir. Certains vont découvrir le haut niveau. Ils doivent savoir que c’est dans ces moments-là, de regroupement, d’efforts communs que se construit aussi une équipe », explique le champion. « C’est un symbole qu’il soit là. Il est un modèle » explique Arnaud, rameur au club de Nouville qui souhaite prendre part à ses premiers jeux. « Il a une lecture des courants incroyable, un super physique et un énorme mental. Ses conseils sont très importants pour le groupe » rajoute Richard Drouet, président de la ligue.

 

Balance. Autre exercice symbolique ce matin-là : le passage sur la balance. Du côté des filles, le défi est bien pris. « Le poids, c’est important en va’a, explique Magnolia. J’ai bien mangé à Noël apparemment ! Mais ce n’est pas grave, je dois perdre tout ça. En va’a, tu portes ton poids mais les autres aussi. Tu te dois d’être rigoureuse de ce côté-là pour ton équipe. La cohésion, c’est important. Si tu veux performer en va’a, tu dois penser au groupe avant de penser à la performance. C’est ce qui fait la force d’une équipe. » Après un réveil musculaire plus qu’intense, les rameurs se sont ensuite dirigés vers le plan d’eau de Plum. « On reste ici tout le week-end. On va pratiquer ensemble afin de créer des automatismes en mer dès aujourd’hui. La cohésion de groupe, c’est peut-être ce qui va faire la différence lors des Jeux » explique Michel Hauata, coach de la sélection masculine. Un week-end entier, dédié à un groupe. Pour qu’émergent en réalité des talents qui feront avant tout une véritable équipe de guerriers sur l’eau. Un beau programme en perspective mis en place par la ligue. Avec l’objectif de décrocher au moins une médaille d’or par sélection aux Jeux, le compte à rebours est donc bien lancé pour les rameurs cagous.

 

Matthieu Bigouroux

Laisser un commentaire