LNC du 21/09/2015 : TRAIL. FINALE DU GRAND PRIX DES RAIDS DU NORD

0
295

CHAMBERLAND JOUE LES ARBITRES

 

En s’imposant à Kaala-Gomen lors de l’ultime raid de la province Nord, Véronique Chamberland prive Mélanie Boudier (deuxième) de la victoire au classement général féminin. C’est donc Axelle Nardoux, absente samedi, qui est sacrée reine des trails.

Véronique Chamberland a remporté son troisième raid de la saison après Voh et Hienghène.

Véronique Chamberland a remporté son troisième raid de la saison après Voh et Hienghène.
Photo i.c.

Si la course s’était arrêtée avant le PC1, Mélanie Boudier serait sans doute à l’heure actuelle en train de savourer son titre. Echappée en compagnie d’Yvonne Wiedemann, elle semble en début de course beaucoup plus à l’aise que ses concurrentes. Souffrant dans les montées et les descentes jonchées de difficultés, la plupart des traileuses sont distancées et l’écart se creuse. La plupart, sauf une. Véronique Chamberland, l’une des meilleures athlètes du Caillou, recolle progressivement au train des deux échappées. « Comme c’était une course de reprise, je suis partie doucement tout en gérant la partie technique, raconte Chamberland. J’ai laissé les deux filles partir devant, pensant qu’elles allaient un peu vite et que j’allais les rattraper. »

Accélération. Finalement elle doit s’employer un peu plus que prévu. « J’ai accéléré lorsque c’est devenu un peu plus roulant. J’ai doublé Yvonne Wiedemann à environ trois kilomètres de l’arrivée, sachant que Mélanie n’était pas loin. »

Le suspense diminue au fur et mesure que les kilomètres défilent, la championne va jouer les trouble-fête dans la lutte pour la victoire à Kaala-Gomen mais aussi et surtout dans celle pour adjuger le classement général du Grand Prix des raids de la province Nord. Car c’est bien l’enjeu majeur de cette course. Avant le départ, Axelle Nardoux et ses trois victoires au compteur était en tête du classement. Mais absente pour cause de départ vers la Métropole, elle était à portée de tir de Mélanie Boudier en cas de triomphe de cette dernière.

Mais Véronique Chamberland en décide autrement. « J’ai à nouveau accéléré pour finir par la dépasser, j’ai dû lui mettre 10 à 15 secondes, mais avant de passer le fil de l’arrivée, elle a sprinté pour essayer de revenir sur moi et on a franchi pratiquement ensemble la ligne d’arrivée, si ce n’est que mon dossard est passé devant. »

Sprint. Pour un centième de seconde Véronique Chamberland prive Mélanie Boudier d’une double victoire dans le raid du jour et au classement général. « Je me suis économisée au début dans les côtes et les descentes pour garder des jambes pour la fin de la course qui était plus roulante donc plus rapide et accélérer au moment opportun, chose que j’ai pu faire, raconte Mélanie Boudier qui ne regrette rien. Véronique – que je n’avais pas vue était derrière moi alors que je pensais être seule devant – m’a doublée à 200 m avant le sprint final. Je suis fière de terminer avec Véronique qui fait partie des meilleures raideuses du territoire. Ça me fait plaisir. »

Castille s’impose enfin

Pendant que, chez les dames, Chamberland dominait la concurrence, chez les messieurs en l’absence d’Oswald Cochereau déjà sacré (lire ci-dessous), la course s’est résumée sur les 18 km à un affrontement à trois entre Franck Santos, Damien Boutellier et Christophe Castille. Faisant cavaliers seuls, ils engrangent les kilomètres et creusent l’écart tout en ménageant leur potentiel. « Nous avons souffert de la température. Sur le début de course, on est allé à l’économie en raison des difficultés rencontrées, confie Christophe Castille. Nous sommes restés à trois pendant longtemps. Puis j’ai durci la course. C’était dur en raison de la chaleur. Mais j’avais un entraînement d’un semi-marathon, j’ai profité d’un profil de fin de course relativement plat qui me correspondait bien qui m’a permis de bien finir. » Malgré ces conditions difficiles, c’est bien Christophe Castille qui s’impose devant Damien Boutellier et remporte ainsi la première course de sa carrière sur le Caillou.

A Kaala-Gomen, Ivan Cotignola

Laisser un commentaire