LNC du 22/02/2014 : Natation. La 20e édition de la Traversée Anse-Vata – Ile aux Canards se tient dimanche

0
187

A l’heure australienne

Les trois invités australiens sont fin prêts pour se mesurer aux nageurs locaux, dimanche, lors de la vingtième édition de la Traversée. S’ils sont là avant tout « pour le plaisir », ils feront figure de favoris de l’épreuve. Le record est également en danger.
 

Les trois Australiens ont déjà repéré la traversée qu’ils vont effectuer, ce dimanche. Ridge Grimsey (à droite), présélectionné en équipe olympique, sera d’ailleurs à surveiller de près.

Les trois Australiens ont déjà repéré la traversée qu’ils vont effectuer, ce dimanche.

Ridge Grimsey (à droite), présélectionné en équipe olympique, sera d’ailleurs à surveiller de près.

Photo

 

Pour une première invitation de nageurs étrangers, l’organisation de la traversée Anse-Vata – Ile aux Canards (et retour) a fait fort. Trois nageurs australiens, Eliza Smith, Ridge Grimsey et Graeme Brewer ont fait le déplacement et devraient, en toute logique, animer les débats. C’est que ce sont de « sacrés clients » que devront battre les Calédoniens pour avoir la chance d’inscrire leur nom au palmarès de l’épreuve, prévue ce dimanche (8 heures, avec le départ des non-licenciés). Souriante, détendue, Eliza Smith avoue « avoir nagé depuis aussi longtemps qu’elle s’en souvienne. »

La jeune fille s’est spécialisée dans un sport originaire de l’Australie, et très populaire là-bas, le « surf life saving » ou sauvetage sportif. Elle a d’ailleurs obtenu la médaille d’argent aux derniers championnats australiens de la discipline. Celle-ci consiste à reproduire, dans des épreuves combinant le plus souvent course sur la plage et dans l’eau, certaines pratiques des sauveteurs en mer. La jeune fille explique son attirance pour la nage en eau libre en disant qu’elle a grandi « à proximité des vagues. Dans ma famille, on est aussi très porté vers la natation. »

 

Niveau. Pour Ridge Grimsey, qui devrait être le grand favori de l’épreuve, c’est aussi une histoire de famille. Son frère aîné est ainsi actuellement le recordman de la traversée de la Manche, et, dans un grand sourire, il raconte que « sur toutes les courses du Queensland, mes frères et moi, nous disputions systématiquement les trois premières places. » Avoir deux frères qui ont appartenu à l’équipe australienne (de natation), ça forme un sportif, ça va sans dire. Tout comme Eliza Smith, il a lui aussi un passé en tant que nageur de bassin (200 m et 400 m nage libre). Mais, malgré plusieurs médailles, il se qualifie lui-même de « pas très doué techniquement, dans les piscines. » Après une pause, lorsqu’il avait 17 ans, pour se consacrer à ses études, il passe à l’eau libre et intègre alors l’équipe nationale.

Lors des derniers Oceania, en Nouvelle-Zélande, il a tout de même obtenu une médaille d’argent derrière le Kiwi Kane Radford, ce qui situe tout de même son niveau. Le troisième invité, Graeme Brewery, ne joue pas, lui, dans la même catégorie. A 55 ans, il a déjà eu une riche carrière sportive derrière lui, avec une médaille olympique aux Jeux de Moscou (1980), notamment. Il se consacre surtout à son activité de coach, dans le club de Noosa, même s’il continue de nager très régulièrement dans des courses en mer. Véritable passionné de la mer et de la natation, il se dit « ravi d’être ici, dans un si bel endroit. »

Revenant au format de la compétition et aux départs à handicap il ajoute qu’il « n’est pas habitué à ce type de courses qui se déroulent différemment en Australie. » Ridge Grimsey, pas perturbé pour autant, estime qu’il sera « très intéressant de dépasser autant de nageurs durant la course. » L’air de rien, il affiche tout de même ses ambitions pour dimanche : « je suis impatient d’y être et j’espère gagner même si je soigne une blessure à une épaule. »
 

Performance. De quoi donner de l’espoir à ses rivaux ? Pas vraiment. Habitué à des longues distances, il pense pouvoir nager sur un rythme quasi-normal lors de la Traversée.

S’il prend cette course au sérieux, son objectif principal reste tout de même les Jeux olympiques de Rio (2015). Mais pour cela, il doit d’abord réussir de bons Mondiaux en eau libre et figurer « au moins dans le top 10 mondial » pour être sélectionné par la fédération australienne.

Eliza Smith, pour sa part, tentera de remporter les prochains championnats nationaux de « surf life », à Perth. Puis, elle s’envolera pour les Mondiaux organisés cette année à Montpellier. En clair, les Calédoniens sont prévenus. Ils devront se surpasser et tout donner pour aller titiller ces nageurs « d’un sacré niveau. »

 

2013 : 1. Jérôme Mallard (NL) 32’55, 2. Philippe Guichard (NL) 33’07, 3. Laurent Douarche (NL) 33’15

2012 : 1. Verlaguet Jeremy (Lic.) 33’50, 2. Mallard Jerome (NL) 34’21, 3. Leroy Pascal (NL) 34’22

2011 : 1. O. Saminadin 31’28, 2. J. Verlaguet 31’35, 3. R. Bernard 32’13

2010 : 1. Olivier Bargibant 30’05, 2. A. Lucini 31’05, 3. J. Verlaguet 32’18

2009 : 1. P. Guichard 29’58, 2. F. Legras 30’18, 3. Audric Lucini 30’39

2008 : 1. Franck Legras 30’17, 2. Benjamin Benoit 32’59, 3. T. Chacun 33’06

2007 : 1. Olivier Saminadin 30’17, 2. Frédéric Biot 30’28, 3. T. Chacun 30’37

2006 : 1. Olivier Saminadin 30’33, 2. Elie Amar 30’38, 3. B. Rivière 31’23

2005 : 1. Benoit Rivière 32’27, 2. P. Vernay 32’33, 3. O. Bargibant 32’36

2004 : 1. Benjamin Benoît 34’33, 2. Patrick Vernay 34’34, 3. Yolaine Gosse-Saminadin 34’43

2003 : 1. O. Saminadin 33’39, 2. A. Dahlia 34’11, 3. M. Devillers 35’01

2002 : 1. Olivier Saminadin 35’43, 2. Yolaine Gosse-Saminadin 37’29, 3. Antoine Dalhia 38’16

2001 : 1. Olivier Saminadin 34’50, 2. Mélina Lemaire 35’47, 3. Antoine Dahlia 36’02

2000 : 1. Olivier Bargibant 34’54, 2. Franck Legras 35’05, 3. Yolaine Gosse-Saminadin 35’57

1999 : 1. Olivier Saminadin 35’34, 2. Yolaine Gosse-Saminadin 35’35, 3. Olivier Bargibant 36’18

1998 : 1. Yolaine Gosse-Saminadin 30’52, 2. Olivier Saminadin 31’04…

1997 : 1. Olivier Saminadin 38’23…

1996 : 1. Olivier Saminadin 37’53…

1995 : Olivier Saminadin 39’17…
 

François Benito

Laisser un commentaire