LNC du 23/11/2011 – Un projet d’ultra-trail pour 2013

0
187

Un projet d’ultra-trail pour 2013

Après le trail des Cagous, 52 kilomètres, le grand raid de Nouvelle-Calédonie, 107 km, voici l’ultra-trail de Nouvelle-Calédonie, 150 km. Le projet verra le jour en 2013, et offrira au Caillou sa course au format le plus en vogue sur la planète trail.
 

Le projet de la plus longue course du territoire est lancé…

 

UTMB (Ultra-Trail du Mont-Blanc) : 166 kilomètres pour 9 400 mètres de dénivellation positive ; la Diagonale des Fous (La Réunion) : 162 km pour 9 600 m D+ ; Grand Raid des Pyrénées : 150 km pour 9 000 m D+. Telles sont les références sur lesquelles Dominique Ecoiffier et Sabrina Rivière, à l’initiative du projet, se sont inspirés pour lancer cette initiative inédite sur le Caillou : un ultra-trail du même format que les courses de montagne les plus populaires sur le globe.

UTNC. Un projet intitulé « UTNC » (Ultra-Trail de Nouvelle-Calédonie), du même nom que l’association créée hier par ces deux personnages incontournables du trail calédonien. Pourquoi pareille intention ?
« Parce que ce genre de course manque aujourd’hui à l’offre sportive du Caillou, alors qu’il s’avère être le plus populaire partout ailleurs, explique Dominique Ecoiffier. On n’a pas la prétention de créer à nous seuls un événement sans précédent – on a d’ailleurs demandé conseil aux organisateurs de ces grandes manifestations – ; on souhaite simplement proposer une épreuve que de plus en plus de Calédoniens affectionnent, mais qu’ils ne peuvent disputer sur leur territoire. » Et ce malgré un terrain de jeu exceptionnel pour ce genre de pratique.
Cette année, ils étaient ainsi plus d’une trentaine à s’être envolés pour la Réunion et sa fameuse Diagonale, tandis qu’on ne comptait plus le nombre de départs isolés vers d’autres échéances de premier ordre, telles que l’UTMB ou encore la course des Templiers. « Dans deux ans (le week-end du 15 août 2013, NDLR), ils n’auront pas à faire le déplacement ». Et les années suivantes non plus, si le rendez-vous venait à connaître le succès escompté… « Si on arrive à rassembler deux cents inscrits pour la première édition, on sera déjà très satisfaits », anticipe Dominique Ecoiffier. Pour atteindre pareille affluence, l’association privilégie deux axes de travail.
Premier axe : la multiplication des formules. « On réfléchit à un tracé en “huit”, soit une boucle de 100 puis une boucle de 50 kilomètres, ce qui permettrait de proposer quatre courses, de 50, 100 et 150 kilomètres, ainsi qu’un relais. » Deuxième axe : attirer les trailers d’autres horizons, qui ne cachent pas non plus leur attrait pour ce format de course (les participants se comptent chaque année par milliers sur les principaux événements du calendrier).

Mystères. Demeurent toutefois deux grands mystères, sur lesquels le couple se penche actuellement : le profil du tracé, ainsi que sa localisation. Si une certaine proximité avec la capitale semble être privilégiée, le champ des possibles reste très large quant au choix du parcours. « Une chose est sûre, il sera dur, promet Dominique Ecoiffier. En Calédonie, il n’y a pas de relief autorisant les longues ascensions, alors nous compenserons par une succession incalculable de montées, sur des sentiers qui n’auront rien du confort des tracés européens, par exemple. » De quoi susciter bien des envies de défi…
 

A. C

Laisser un commentaire