LNC du 24/02/2020 : Lanceleur et Cavell récidivent à Païta

0
203
Spécialiste des courses longues distances, Ludovic Lanceleur voulait participer au Sunset Trail pour  « gagner un peu en vitesse ». Photo C.G.
Spécialiste des courses longues distances, Ludovic Lanceleur voulait participer au Sunset Trail pour « gagner un peu en vitesse ». Photo C.G.TRAIL.
Les week-ends passent et se ressemblent. Vainqueurs du premier trail de la saison à Boulari, Ludovic Lanceleur et Marie-Cécile Cavell se sont imposés sur le 12 kilomètres du Sunset Trail samedi. Et de deux ! Ludovic Lanceleur et Marie-Cécile Cavell sont décidément en forme en ce début de saison. Déjà vainqueurs du trail de la rentrée à Boulari le week-end dernier, les deux traileurs du Caillou ont signé une nouvelle victoire samedi lors du Sunset Trail, organisé pour la troisième année consécutive par le club d’athlétisme de Païta. Malgré une chaleur une nouvelle fois écrasante, ils n’ont pas tremblé pour s’imposer dans leur catégorie respective. Mais la bataille fut rude, notamment chez les hommes, où Ludovic Lanceleur a dû contenir la rage de vaincre d’Alexys Dianoux. « On était à fond, on s’est mis des bons taquets dans la dernière montée mais sur la dernière descente, il était clairement plus fort que moi et il a réussi à me distancer. Il a gagné et c’est mérité », confesse ce dernier, arrivé 2e de ce trail 32 secondes après le vainqueur.

Un « diesel » déjà chaud

S’il participait pour la première fois à ce Sunset Trail, Ludovic Lanceleur, en première ligne dès le départ, ne s’est pas fait surprendre alors que les « courtes » distances ne sont pas son « terrain de jeu favori »« J’étais hyper motivé et j’avais envie de me faire plaisir sur une distance plus courte, assure-t-il. D’autant plus qu’à partir de maintenant, je vais m’aligner que sur du long et de l’ultra. » Cette course était alors un moyen pour lui de « gagner un peu en vitesse »« Quand on est focus sur l’ultra trail, on devient un peu “diesel”. Même si en soit, l’un ne va pas sans l’autre. Le court permet aussi d’avoir la niaque quand on passe sur le long. Il faut vraiment s’entraîner sur les deux sinon, on n’avance plus », poursuit le lauréat du jour. Chez les femmes, la victoire a été beaucoup moins disputée puisque l’inévitable Marie-Cécile Cavell, qui est arrivée 13e au classement général, a une nouvelle fois fait parler son expérience. Mais la traileuse, qui préfère tout de même « courir le matin » a dû s’armer de patience. Et ce notamment en début de course où elle s’est fait surprendre dans les embouteillages. « Je savais que la course n’allait pas être facile. C’est pour ça que je suis partie assez cool mais je me suis fait un petit peu enfermer, explique-t-elle. C’était galère, je ne faisais que dire “pardon” dans la première montée. »

Une course « rapide »

« C’était le même parcours que l’année dernière. C’est vraiment une course rapide, mais il faut savoir se réguler sur certaines parties pour pouvoir relancer dans la descente et le plat, abonde Nordine Benfodda, coureur averti et organisateur de l’événement. Si on s’est cramé les ailes, on ne bénéficie pas d’assez de fraîcheur pour pouvoir relancer et faire la différence dans les derniers mètres. » Oui mais voilà, même si elle a « laissé un peu de jus » dans ce début de trail, Marie-Cécile Cavell a bel et bien trouvé les ressources nécessaires pour remonter, foulées après foulées, la file de concurrents. « Je me suis bien replacée après la première descente, ce qui m’a permis de retrouver un second souffle avant de me faire plaisir sur le dernier plat », conclut-elle tout sourire alors que ses enfants ont également pris part à la fête sur les distances inférieures. S’ils ont « très bien couru », selon les dires de la mère de famille, forcément très fière, les podiums ne sont pas encore d’actualité. Et sur le 7 kilomètres, la victoire revient donc à Denis Peyronnet, qui s’est imposé avec 17 secondes d’avance sur Guillaume Sahuc.

Repères

Les classements

12 kilomètres (hommes)
  • 1. Ludovic Lanceleur 56’31
  • 2. Alexys Dianoux 57’03
  • 3. Jean-Robert Flory 58’13
  • 4. Thomas Prono 59’33
  • 5. Franck Santos 1h02’03
12 kilomètres (femmes)
  • 1. Marie-Cécile Cavell 1h07’10
  • 2. Caroline Favier 1h10’47
  • 3. Laura De la Vega 1h10’52
  • 4. Nathalie Ciecka 1h15’37
  • 5. Léa Cherriffa 1h17’36
7 kilomètres (hommes)
  • 1. Denis Peyronnet 39’03
  • 2. Guillaume Sahuc 39’20
  • 3. Guillaume Aubry 39’45
  • 4. Patrick Blanc 40’27
  • 5. Cédric Fraisse 41’02
7 kilomètres (femmes)
  • 1. Sandrine Ablain 44’14
  • 2. Delphine Gresse 47’03
  • 3. Nadège Della Pietra 47’25
  • 4. Andrea Derrien 48’09
  • 5. Myriam Jego 49’22

Une participation record

Avec 1 287 inscrits, le Sunset Trail a battu un nouveau record cette année. « On ne cherche pas forcément à battre des records, mais ça fait toujours plaisir, glisse Nordine Benfodda. Je ne sais pas pas si la Gigawatt a attiré autant de monde. » Il y avait 638 personnes au départ du 12 km, 553 au départ du 7 km alors que 96 enfants ont participé à une course d’1 km.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here