LNC du 25/02/2019 : Guesdon – Plaire, la paire d’as du Sunset

0
44

Sébastien Guesdon peut brandir le poing : il s’adjuge le Sunset Trail 2019 en 1 h 01’52. Photo Thierry PerronTRAIL. La 2e édition du Sunset Trail se déroulait samedi dans les collines de Païta et a sacré sur le 12 km un revenant, Sébastien Guesdon, et une habituée, Angélique Plaire.

Quand on n’évolue pas dans la même catégorie, le discours peut changer du tout au tout. En traînant dans la zone d’arrivée, le gros des « finisheurs » du 12 km parlaient d’un parcours cassant, qui ne fait que monter et descendre. Lorsqu’Angélique Plaire décrit son Sunset Trail, elle parle plutôt d’une course « relativement roulante » et « agréable à courir ».

Déjà 1re féminine l’année dernière en 1 h 04’31, « Angèle » a remis ça cette année en 1 h 07’01. S’aligner sur un aussi petit format, qui « n’est pas [sa] distance », est l’occasion de « s’arracher sur 12 bornes et de voir si ça tient ». L’année dernière, Marie-Cécile Cavell l’avait davantage poussée dans ses retranchements mais la licenciée de l’AC Païta n’a finalement pas pris le départ. « Si je courais et qu’elle n’était pas là, je lui avais dit que je gagnerai pour nous deux », glisse Angélique Plaire.

Se caler avec les garçons

Sans réelle rivale samedi, celle qui a terminé 3e féminine sur l’ultra-trail de la Tarawera en Nouvelle-Zélande il y a deux semaines, reconnaissait que dans une telle configuration, « tu te fais moins mal » et qu’il faut aller chercher la motivation plutôt « avec les garçons ». « Je me cale avec eux, je sais qu’ils n’aiment pas se laisser mener par une fille », charrie la 9e au classement scratch. 

Chez les hommes, un quadra sur le retour a fait la course qu’il voulait pour s’imposer en 1 h 01’52, vingt secondes devant Sylvain Blachier. « Je suis dans les cinq premiers au début et ça part fort, commence à raconter Sébastien Guesdon. Avec Jonathan Berger (qui finit 3e en 1 h 03’04), on ne s’est pas affolé, on se connaît bien, on savait qu’on allait les reprendre derrière. » 

Le  rofil des 12 km ressemble à un M où deux franches montées se succèdent, la première plus violente que la deuxième, avec leurs descentes respectives derrière et un passage en plat entre les deux. Les coureurs passent deux fois par le poste de ravitaillement au PC du col Blanc.

1re victoire depuis 2 ans

Sans s’affoler donc, Sébastien Guesdon et Jonathan Berger ont refait leur retard sur la tête de course progressivement, « en relançant dans la deuxième montée ». Au dernier passage au PC, « je vois le 1er à 150 mètres », relate le vainqueur du jour. « Là, il se met à marcher dans un faux-plat montant. Je le dépasse et je finis à fond jusqu’à la fin. Quand tu es devant, tu ne te retournes pas, tu ne te poses pas de questions. » 

Sixième la semaine dernière pour le trail de Boulari, Sébastien Guesdon signe sa première victoire sur un trail depuis plus de deux ans. « J’avais arrêté pour faire du multi-activité où tu mélanges course, kayak et VTT. Mais ça prend trop de temps, trop de contraintes. » Alors le voici de retour aux affaires. Prochain trail, celui de la Ouenghi le 17 mars. Et après ? « Pourquoi pas refaire une Transcal avec Oswald(Cochereau). » Là aussi, un revenant.


PAROLES DE TRAILEURS

Christopher Vaillant, 27 ans

Vainqueur du 7 km en 36 min et 36 sec

Le gendarme mobile en est à son 4e séjour sur le Caillou, entre ses missions et ses vacances personnelles. « Ça faisait deux ans que je n’avais pas enfilé de dossard donc j’ai préféré partir sur le 7 km que le 12 km », explique-t-il. Dans un cadre « magnifique », Christopher s’est vite retrouvé en tête avec Vivien Tuaire, 22 ans et lui aussi gendarme mobile, dans la grosse côté qui mène au PC du col Blanc. Là, il a fallu se frayer un chemin au milieu des moins rapides du 12 km, chose pas aisée. « On passe son temps à demander aux gens de se pousser, il y en a avec leurs écouteurs. À des moments, on a très peu de place pour dépasser, ce n’est pas évident. » À ce jeu de slalom, c’est lui qui a su tirer son épingle du jeu et déposer son concurrent. « Après, typiquement, c’était une descente de cross-country », conclut celui qui termine en 36’36. Après des 2es places à la Corrida des plages en 2014, derrière Nordine Benfodda, et au semi-marathon de Païta en 2016, derrière Patrick Vernay, Christopher Vaillant peut enfin savourer sa première victoire en terre calédonienne.


Yanu, Damien et Evan

Tous les trois alignés sur le 7 km

À peine six minutes après le vainqueur du jour, Damien (au centre) a lui aussi franchi la ligne d’arrivée (43’04) en améliorant son temps de l’année précédente… de plus de 8 minutes ! À 15 ans, le licencié de l’Olympique finit 6e du 7 km et a pu compter sur l’aide d’un autre participant, « un monsieur en jaune qui m’a tiré dans la montée quand c’était trop difficile ». Peu de temps après, ce fut au tour d’Evan (11 ans, à droite) et de Yanu (12 ans) de boucler leur Mini-Sunset ensemble, une belle griffure au tibia pour le premier et les joues rougies par l’effort pour le second. Le fils de Marie-Cécile Cavell se rappellera « des encouragements des supporteurs » quand Yanu a apprécié devoir « sauter dans les herbes pour dépasser ».


Jules, Antoine et Léo

Accompagnateurs et alignés sur le 1 km

Le Sunset Trail proposait samedi une course de 1 km pour les plus jeunes. Là, pas d’équipement ni de chaussures de trail clinquantes : plutôt du maquillage pour certains et des ballons de baudruche pour beaucoup. Avec Jules, 3 ans, et le petit dernier Léo, 8 mois, Antoine avait les bras bien garnis. « Leur mère et leur oncle courent le 12 km, alors on les accompagne et quand ces deux-là seront plus grands, on le fera nous aussi », sourit le père de famille. « J’aurais bien aimé le faire, poursuit-il. En tout cas, demain, j’accompagne le tonton pour la Traversée à l’Anse-Vata. » Un peu plus tard, une fois les 1 000 mètres avalés, le trio a eu les faveurs du speaker. Et Jules ne s’est pas fait prier pour remarquer très fièrement que « Maman, elle est derrière ».

Repères

Marie-Cécile Cavell souffrante

La 2e du Sunset Trail 2018, en 1 h 05’35, était en pleine forme jeudi. Depuis, elle est tombée malade et la coupable serait… la dengue. D’où son absence sur la ligne de départ samedi.

Classements

HOMMES (12 KM)

1. Sébastien Guesdon en 1 heure 01 minute et 52 secondes.

2. Sylvain Blachier en 1 h 02’12.

3. Jonathan Berger en 1 h 03’04.

FEMMES (12 KM)

1. Angélique Plaire en 1 h 07’01.

2. Alice Le Quentrec en 1 h 11’02.

3. Mathilde Rousse en 1 h 16’34.

HOMMES (7 KM)

1. Christopher Vaillant en 36 minutes et 36 secondes.

2. Vivien Tuaire en 38’53.

3. Guillaume Aubry en 42’24.

FEMMES (7 KM)

1. Bénédicte Meunier en 39’07.

2. Céline Huguet en 49’20.

3. Charlotte Michel en 50’14.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant