LNC du 26/01/2016 : Les Forcats du phare Amédée

0
245

LE GRAND RETOUR DES FORÇATS DU PHARE AMÉDÉE

Une course de 20 km qui fait rêver les nageurs en eau libre depuis des décennies. La Traversée entre le phare Amédée et Nouméa aura lieu le 9 avril. Une épreuve que seules une poignée de personnes ont tenté.
Nouméa, 24 janvier. Un groupe de nageurs prépare la Traversée depuis quelques semaines. Ils se retrouvent baie des Citrons pour nager sur des distances de plusieurs kilomètres. Dimanche, ils ont fait l’aller-retour jusqu’à l’île aux Canards.

Nouméa, 24 janvier. Un groupe de nageurs prépare la Traversée depuis quelques semaines. Ils se retrouvent baie des Citrons pour nager sur des distances de plusieurs kilomètres. Dimanche, ils ont fait l’aller-retour jusqu’à l’île aux Canards.

Photo facebook Traversée phare Amédée – Nouméa

On dit souvent qu’il fait plus beau au phare Amédée, mais ce n’est pas vraiment ce qui va motiver les participants de la Traversée. Au programme, 18,6 km de nage pour rallier la plage de l’Anse-Vata, un tour de force qui a été accompli pour la première fois en 1970 par Jean-Pierre et Jean-Yves Mamelin et André Bargibant. À l’époque, ils bouclent le périple en 6 heures et 35 minutes. Depuis 1970, seuls une vingtaine de nageurs ont bouclé la Traversée (voir par ailleurs). « Il y avait eu l’année dernière un article dans le journal qui parlait justement de Bargibant et de la première traversée, se souvient Xavier Pouilly, président de Dumbéa natation, l’un des deux clubs avec l’Olympique à organiser l’épreuve. Il avait fait beaucoup parler sur les réseaux sociaux. On s’est dit alors qu’il fallait organiser ça rapidement. »

 

Un bateau par personne

Du coup, à course exceptionnelle, dispositif exceptionnel. « Pour pouvoir participer chacun doit avoir un bateau qui l’accompagne et un kayakiste, détaille Cyril Huet de l’Olympique et qui a déjà bouclé la traversée en 1998. La sécurité passe avant tout. De même qu’il faudra passer des points tous les deux kilomètres dans un temps imparti. Un nageur qui part sur une base de plus de huit heures à l’arrivée devra arrêter. Le but, c’est de ne pas trop s’éparpiller. »

Pour l’instant, c’est le duo Adrien Thomas et Benoît Rivière qui détient la meilleure performance de la Traversée. Partis à deux en 2006, ils avaient bouclé le trajet en 4 h 38 minutes et 58 secondes.

Si les nageurs vont avoir les yeux sur leurs chronos, ils ne les auront pas sur le classement. « On ne va pas en faire, explique Cyril Huet. Le but n’est pas de gagner mais de finir. »

C’est d’ailleurs dans cet état d’esprit que Gabrielle Fernandez, de Dumbéa Natation, participera à l’épreuve. « C’est une question de dépassement de soi, pose-t-elle. Rien que le fait de boucler les 20 km est une satisfaction. » Alors chacun des nageurs intéressés se prépare de manière optimale. Chaque dimanche, ils se retrouvent pour des entraînements longue distance baie des Citrons. « C’est vrai que ce parcours est impressionnant, sourit Gabrielle. J’ai envie de le faire, mais pas toute seule. C’est justement l’occasion de faire ça en groupe qui est intéressante. »

 

Les inscriptions seront ouvertes à partir du 1er février. Plus de renseignements sur la page Facebook de la Traversée phare Amédée – Nouméa.

45 ans de nage en lagon

Depuis 1970, la Traversée entre le phare Amédée et Nouméa a été organisée six fois. Parfois, il ne s’agit que d’une personne qui se lance ce défi et qui part en mer sans concurrence. C’est le cas d’Éric Laurençont en 1989 et de Philippe Pitarch en 2014. Cette année, il s’agit de faire de l’épreuve un événement de masse. Pour l’instant une dizaine de personnes participent aux entraînements en groupe du dimanche matin.

 

Les six traversées :

1970 : A. Bargibant, J.-P. Mamelin, J.-Y. Mamelin
1989 : E. Laurençont
1991 : E. Longepe, P. Vernay, O. Bargibant, E. Laurençont, T. Le Goff, J. D’Haene, C. Araud, J.-C. Rey
1998 : C. Huet, T. Gastaldi, I. Mace seule femme à avoir participé, M. Quintin, A. Lux, X. Bahuon, T. Le Goff, P. Pitarch
2006 : A. Thomas, B. Rivière
2014 : P. Pitarch

Mathieu Ruiz Barraud

Laisser un commentaire