LNC du 27/02/2016 : Stand Up paddle – Clément Colmas

0
310

Clément Colmas veut sa place au soleil

À 15 ans seulement, le double champion de France jeunes se présente à la NRJ Pro Cup, aujourd’hui, parmi les favoris. Surfeur dans l’âme, il prendra part à la downwind cet après-midi.
Nouméa, 25 février. Clément Colmas s’entraîne dans la baie de Magenta quatre fois par semaine.

Nouméa, 25 février. Clément Colmas s’entraîne dans la baie de Magenta quatre fois par semaine.
Photo MRB

Alors que les derniers rayons du soleil viennent caresser la surface de l’eau claire de la baie de Magenta jeudi soir, la planche de Clément vient briser le reflet du ciel.

Il est à peine sorti du collège que déjà il est sur le lagon. Ce soir, comme toujours, il part depuis Ouémo. Un spot qu’il connaît parfaitement. « Je viens m’entraîner ici quatre fois par semaine, raconte le garçon. On habite pas loin, c’est pratique. »

Aujourd’hui, il entre dans un rythme d’entraînement plus léger. Celui qui précède la NRJ Pro Cup. « C’est ma première compétition de l’année, donc ce n’est pas le moment de me griller, » s’amuse-t-il. D’habitude, il part vers le large pour rallier la pointe de l’îlot Sainte-Marie et partir au-delà. « C’est un parcours sous le vent physique mais qui offre l’avantage de revenir ensuite en downwind (avec le vent arrière, NDLR) et là je peux prendre des vagues pour surfer. »

 

Double champion de France

Arrivé à la mer par le windsurf, il met le cap sur le stand-up paddle vers l’âge de 9 ans pour suivre son père qui pratique pour apaiser son mal de dos. Petit à petit, les deux se retrouvent alors à ramer de plus en plus loin. Et c’est en Métropole que Clément Colmas rame le mieux. Alors qu’il participe depuis 2013 à des compétitions locales, il part, en 2014, participer aux championnats de France des moins de 15 ans à Quiberon.

Là-bas, il dompte les vagues bretonnes pour décrocher le titre. Il double la mise l’année suivante dans le Var. Mais au prix de certains sacrifices. « J’ai dû redoubler ma troisième parce que les France avaient lieu pendant le Brevet, explique Clément. Du coup, cette année, je resterai en Calédonie. Au lieu de faire les championnats de France, j’irai sans doute faire une compétition du même niveau en Australie ou en Nouvelle-Zélande. »

 

Entraînement avec Anewy

Aujourd’hui, il ne pourra pas non plus montrer sa science des vagues entre l’Anse-Vata et le Kuendu Beach lors de la course downwind de la NRJ Pro Cup. « Il n’y a pas de vent prévu, précise le paddleur. Donc c’est plutôt une sorte de longue distance. Et à cet exercice-là, je serai désavantagé parce que les adultes ont un meilleur physique que moi. »

Sur l’eau de la baie de Magenta, il glisse justement avec David Anewy qui sera l’un des favoris cet après-midi. S’ils rament côte à côte à l’entraînement, le plus jeune devra se surpasser pour rester au contact. Cette année encore en tout cas.

 

mathieu.ruizbarraud@lnc.nc

Programme de la NRJ Pro Cup

Samedi 27/02/2016 :

13 heures : Course downwind (Anse-Vata – Kuendu Beach)

Dimanche 28/02/2016

9 heures : Beach race 12,6
10 heures : Beach race 14
11 h 30 : Beach race Espoirs
12 h 30 : début des funny race en équipe et enfants.

 

Downwind ou beach race ?

La course downwind (sous le vent) est une épreuve qui se court avec le vent dans le dos et longue d’une dizaine de kilomètres. Les distances sont plus importantes que pour la beach race, mais plus courtes que pour une longue distance. Le principe pour un paddleur est de profiter de la houle pour prendre de la vitesse. La beach race est une course au départ de plage avec un parcours matérialisé par des bouées avec à chaque tour un passage sur la plage, à pied.

Mathieu Ruiz Barraud

Laisser un commentaire