LNC du 28/03/2019 : Un défi qui a tout pour Plaire

0
50

Dans une interview aux Nouvelles calédoniennes en 2017, Angélique Plaire disait « rêver » de courir un jour le Tor des Géants et ses 330 kilomètres dans les Alpes italiennes. Photo DR / Tarawera TrailTrail. Son sponsor Endurance Shop veut la pousser « plus loin » et c’est tout à son plaisir : Angélique Plaire se lance demain soir à l’assaut d’un aller-retour de 216 kilomètres entre Dumbéa et Prony.

Comme une évidence : « On voit beaucoup d’athlètes qui font ça en Métropole, à relever des défis de distance ou de temps. Quand j’ai voulu faire pareil ici, j’ai tout de suite pensé à notre Angèle nationale », lance Teva Martin, gérant du magasin Endurance Shop Nouméa sur l’anse Vata. « Quand je lui ai proposé par texto, elle m’a répondu oui en 30 secondes. »

Ouverte il y a à peine plus d’un an, l’enseigne spécialiste du trail sponsorisait Angélique Plaire avant même son lancement officiel. Pour inaugurer cette formule des défis, qui de mieux indiqué que la professeure de crossfit qui court jusqu’à 150 kilomètres par semaine ? « Je cherche constamment à m’améliorer, indique la principale intéressée. Je suis une acharnée, j’attends toujours plus de moi. »

Au moins 35 heures

Pour amadouer cette dingue de l’effort – « Certains pensent que je suis folle (rires) » – il a été décidé de suivre le tracé du sentier de grande randonnée de la province Sud (le GR NC1 Sud) entre Dumbéa et Prony en aller-retour, soit un total de 216 kilomètres. « Je l’ai déjà fait plusieurs fois en rando, glisse Angélique. Pour un randonneur qui marche à 4 km/h de moyenne, c’est une balade de quatre jours aller. Là, pour l’aller-retour, Teva pense que je vais mettre 40 heures. Moi, je table plus sur 35 heures. »

Il ne s’agit pas vraiment de courir contre le temps mais plutôt de vivre une expérience extrême et de la vivre à plusieurs. « Je ne vais jamais être toute seule, des copains m’accompagnent tout du long et se passent le relais (voir ci-contre). Ça va être un vrai partage », se réjouit-elle. N’en reste pas moins une sacrée performance individuelle à réaliser. « C’est vrai qu’il va falloir se les enquiller les 215 bornes (sic) ! Je suis partie pour ne pas dormir pendant 40 heures. Ça va m’apprendre à me connaître. Le vrai défi, là où je peux être défaillante, c’est pour bien m’hydrater et bien me nourrir », reconnaît celle qui, en terminant 3e féminine au bout des 102 kilomètres de l’ultra trail néo-zélandais de la Tarawera, début février, avait perdu 4 kg (!) en moins de 11 heures de course.

Les faits sont là : son métabolisme se contente de peu. Il lui arrive de partir faire 30 kilomètres d’entraînement sans rien avec elle, à jeun. « Elle fait la maligne mais elle nous prend de l’eau à chaque fois », se marre Thomas Hirigoyen, qui l’accompagnera ce week-end sur la dernière portion de 63 kilomètres.

Compotes et purées

« Ce qui est trop sucré, je n’aime pas. Tout ce qui se mâche, je n’arrive pas à avaler et ça me saoule vite, lâche Angélique Plaire. Les fruits secs par exemple, je les recrache. » Le « seul apport » en course qu’elle parvient réellement à se donner ? « Aux ravitos, je remplis mes gourdes moitié eau, moitié Coca. Ça fonctionne bien. »

Le plan ce week-end est de carburer aux compotes de kiwis et de poires, et aux purées salées faites maison. Sur l’aspect nutritionnel comme sur les autres, l’objectif est « de voir jusqu’où [elle] peut aller ». En septembre dernier, Angélique avait couru 160 kilomètres à Perth pour le Waterous Trail on Foot (WTF). Elle s’y était imposée chez les féminines. Demain, il n’y aura pas de dossards et, à l’arrivée, 55 kilomètres de plus parcourus. « Ce défi est une étape de plus en termes de distance. Quoi qu’il arrive, je veux finir. » Pour continuer à voir plus loin, et plus long.

Savoir +

La progression d’Angélique Plaire tout au long de son défi est à suivre sur la page Facebook d’Endurance Shop Nouméa.

Repères

Départ demain à 18 heures

Angélique Plaire s’élancera depuis le dernier parking de la rivière Dumbéa, au début du GR. Ceux qui veulent se joindre à elle sur les premiers kilomètres sont les bienvenus. « On a prévu des planchas et des boissons », précise Teva Martin, qui peut également compter sur le soutien de Niuhiti Promotion, Punch Power et Wrappy! pour organiser ce défi. L’arrivée à Dumbéa est prévue dimanche, tôt le matin.

Un parcours exigeant

Ce sont 8 000 mètres de dénivelé positif qui attendent la traileuse sur le tracé.

« Les 60 premiers kilomètres sont techniques. C’est que du caillou, très pentu. » S’il fait beau, la journée de samedi s’annonce étouffante, « il n’y a pas d’arbres entre Bois du Sud et Prony ».

Cinq « potes » à ses côtés

Dans l’ordre : Julien Le Grignou, Cathlyne Derudder, Franck Santos, Mathieu Poireau et Thomas Hirigoyen vont la suivre comme son ombre le long du parcours. Des ravitaillements sont prévus au moment des passages de relais, un médecin et un kiné seront prêts à intervenir si besoin, et un van aménagé l’attendra si elle souhaite se reposer un peu.

Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant