Raid Lions Club La Foa (LNC du 28/10/2008)

0
189

LNC du 28/10/2008 : Au-delà de toute espérance

 

La première édition du raid Lions Club La Foa s’est déroulée dimanche sous les meilleurs auspices.?Une affluence nettement supérieure à l’objectif fixé et un parcours qui a fait l’unanimité au sein des trois pelotons : ceux des courses de 5, 10 et 18 kilomètres. Dans cette dernière, Yohan Samanich s’est imposé, tout comme Marie-Aline Cailleau chez les féminines.

Ils sont 357 concurrents à avoir bouclé l’une des trois courses proposées dimanche à Farino, à l’occasion du premier raid du Lions Club… Et dire que l’organisation en espérait timidement 200 ! Ce sont les familles qui ont particulièrement répondu présent à cet événement. Il faut dire qu’une course avait été conçue pour les attirer : celle de 5 kilomètres, sans difficulté majeure.
Mais quelques habitués ont aussi joué le jeu, acceptant de retarder de quelques jours leur saison, après la Gigawatt du début du mois. Parmi eux, justement, les vainqueurs de la Gigawatt sur 30 kilomètres, Xavier Leheutre, et sur 20, Denis Biga. Yohan Samanich, lui, avait terminé deuxième sur les 30, mais il était en revanche le meilleur de l’année sur le Défi des raids du Nord. Le podium semblait donc annoncé d’entrée, et les ténors n’ont pas déçu.
Les trois hommes distançaient le reste du peloton dès le début de course, pour parcourir ensemble le premier tiers du parcours. C’est le moment que choisissait le jeune Yohan Samanich pour placer son accélération, à l’occasion d’une des dernières bosses (il n’y avait pas de réelles ascensions) du tracé, la seconde moitié de course s’annonçant très roulante. « Je me sentais à l’aise, et je sentais qu’à côté de moi, mes deux adversaires commençaient à souffler plus fort. J’avais de bonnes jambes, je n’ai donc pas hésité », raconte le vainqueur du jour, qui n’a d’ailleurs pas effectué un parcours de santé par la suite… « Je n’ai jamais pu gérer mon avance, car derrière, je ne savais pas ce qui se passait : je ne les voyais jamais mais connaissant leur qualité, je savais qu’ils ne pouvaient être loin. J’ai tout donné ! »

« Je connaissais le niveau de Marie-Aline, et je savais que je ne pourrais pas lutter »

Et bien lui en a pris ! Car en effet, jamais Samanich ne put sérieusement creuser son avance, et le « redoutable » Denis Biga (selon les mots du vainqueur) ne terminait son raid qu’une bonne minute derrière, réglant au sprint un Xavier Leheutre sans doute désavantagé par le sol gras, lui, le spécialiste des courses sur route.
Chez les femmes, Marie-Aline Cailleau n’aura pas éprouvé trop de difficultés à se défaire d’une inconnue, Marie-Xavière Delassale. Celle-ci a devancé, en revanche avec surprise, une Laurence Humeau-Cochou néanmoins très satisfaite de sa course : « Je suis très contente d’être venue : le parcours était très agréable et la météo, fraîche, parfaite pour un raid. Les deux premières sont de suite parties devant et je n’ai pas cherché à les accrocher… D’autant plus que je connaissais le niveau de Marie-Aline, et je savais que je ne pourrais pas lutter », témoignait l’athlète, qui mettait un terme à sa saison à l’issue de la course.
L’avenir de la course, lui, semble assuré… Car tous, raiders confirmés ou novices venus pour la balade, reviendront l’an prochain : « Les participants nous ont demandé de continuer d’organiser la course les années à venir ; on fera tout pour les satisfaire », confiait-on, euphorique, du côté de l’organisation. Le vainqueur Yohan Samanich ne sera d’ailleurs pas le dernier à fouler de nouveau les sentiers du parc. « Je ne connaissais pas les Grandes Fougères, mais il est certain que j’y reviendrai », avouait-il.?
Signalons enfin que, un bonheur n’arrivant jamais seul, l’excellente affluence de la manifestation a permis à l’association caritative du Lions Club de récolter un maximum de fonds assurant la réalisation de ses bonnes œuvres.

Laisser un commentaire