LNC du 29/05/2015 : Triathlon. Jeux du Pacifique 2015

0
279

Confirmations à Ouano

Les derniers noms pour les Jeux du Pacifique vont être connus samedi au triathlon de Ouano à La Foa. La sélection n’est pas encore officialisée mais une tendance lourde se dégage après les premières courses de qualification. Voici les six noms qui devraient constituer la sélection.

Les triathlètes Mathieu Szalamacha, David Beaumont et Charlotte Robin et la sélection calédonienne qu’ils devraient intégrer seront favoris pour gagner la médaille d’or aux Jeux.

Les triathlètes Mathieu Szalamacha, David Beaumont et Charlotte Robin et la sélection calédonienne qu’ils devraient intégrer seront favoris pour gagner la médaille d’or aux Jeux.

Photos Archives LNC

Audric Lucini

Même s’il n’a couru aucun des triathlons qualificatifs sur le Caillou, Audric Lucini peut être considéré comme le leader naturel de la sélection calédonienne pour les Jeux du Pacifique. Avec son club de Versailles, il évolue au sein de l’élite nationale où il affronte sur chaque grand prix les meilleurs triathlètes mondiaux. Vainqueur du triathlon international de Nouméa l’an dernier, il devrait laisser éclater toute sa classe à Port Moresby, notamment en natation, et sera l’un des grands favoris pour décrocher la médaille d’or.

 

Mathieu Szalamacha

En grande forme depuis le début de la saison, Mathieu Szalamacha a remporté les deux premiers triathlons qualificatifs pour les Jeux du Pacifique à Bouraké, en mars, et à Thio, la semaine dernière. Triathlète complet, il devrait, sauf blessure à Ouano, intégrer la liste. Ce spécialiste de la course ne veut pourtant pas lever le pied et tient à marquer son territoire ce week-end. « Il n’y a jamais rien d’acquis. Je préfère assurer ma place en réalisant une bonne performance à Ouano. Et je ne veux laisser aucuns doute aux autres quant à mes capacités. »

 

David Beaumont

Troisième dans la hiérarchie masculine, David Beaumont est celui qui pourrait être le plus menacé sur le papier par une grosse contre-performance à Ouano. Bon nageur, spécialiste du vélo, il a quelques arguments solides à faire valoir, qui lui ont permis de monter sur la deuxième marche du podium à Thio et à Bouraké derrière Szalamacha, pour se rendre en Papouasie. Valeur sûre, David Beaumont veut valider son billet pour PNG à Ouano tout en s’économisant. « Je pense avoir une marge de sécurité. Alors je veux essayer de faire une performance correcte sans me mettre physiquement dans le rouge. »

 

Céline Hirzel

Meilleure triathlète calédonienne actuelle, Céline Hirzel a remporté les deux courses de qualification pour PNG. Pour sa deuxième saison dans la discipline, elle s’impose comme une véritable référence au niveau local grâce à son arme favorite : la course à pied. Pas forcément très à l’aise à vélo, ses longues foulées lui permettent de rattraper puis de distancer ses concurrentes directes dans les fins de course

 

Charlotte Robin

Malgré sa grosse contracture subie à Thio, Charlotte Robin devrait pouvoir se rendre en Papouasie et fait partie des indispensables de la sélection. La nageuse de formation a suffisamment de ressources et d’expérience pour être une médaillée d’or potentielle en juillet prochain. « Elle est excellente en natation et arrive très souvent avant les garçons, explique Regis Wild, le conseiller technique de la ligue. Elle est capable de faire le trou assez tôt dans la course grâce à ses capacités de nageuse. »

 

Nathalie Viratelle

Pour sa toute première saison, Nathalie Viratelle réussit une percée fulgurante dans le monde du triathlon. L’ancienne raideuse, vainqueur du Grand prix des Raids de la province Nord, devrait sauf surprise empocher le troisième billet pour les Jeux. A Thio, sa principale concurrente, Solenne Kerleguer, l’a devancée de quelques secondes. Mais à Ouano, cette dernière devrait déclarer forfait ce qui ouvre à Nathalie Viratelle une voie royale pour se rendre en Papouasie.

 

Repères

Le grand absent

Le meilleur triathlète calédonien de tous les temps, Patrick Vernay, vainqueur de l’Ironman de Roth en Allemagne en 2008, ne sera pas présent aux Jeux du Pacifique. Après avoir fait son retour il y a quelques semaines à la compétition après trois ans, le Calédonien s’est remis à gagner. Il a notamment remporté le triathlon David-Fessard le 5 avril au Mont-Dore devant Mathieu Szalamacha. Mais, il ne pourra venir prêter main-forte à la sélection calédonienne à Port Moresby dans quelques semaines. En cause, son absence sur la liste des présélectionnés qui a été remise au CTOS. « L’année dernière, il n’a couru aucun triathlon, explique Regis Wild, conseiller technique de la ligue. Et on ne pouvait pas anticiper qu’il reviendrait à la compétition. C’est comme ça… »

 

Feyler, l’espoir déçu

Il aurait pu être le facteur X dans la liste des présélectionnés. Lucas Feyler, revenu récemment des Etats-Unis où il s’est entraîné, le triathlète a déçu pour son retour à la compétition sur le Caillou lors du triathlon de Thio. Finissant dixième de la course, à plus de cinq minutes du duo de tête, Mathieu Szalamacha et David Beaumont, il a semblé hors de forme et n’a pas réellement été en mesure de faire vaciller les certitudes du comité de sélection de la ligue d’athlétisme.

 

L’épreuve

Le triathlon des Jeux du Pacifique se courra sur une distance de type S. C’est-à-dire qu’il y aura 750 mètres de natation, 20 kilomètres de vélo et 5 kilomètres de course à pied. L’épreuve se déroulera au centre-ville de Port Moresby et l’arrivée se fera dans le stade des Jeux devant une audience attendue de 15 à 20 000 personnes.

 

■ Questions à… Regis Wild, conseiller technique de la ligue de triathlon

 

« Faire le carton plein avec les sept médailles, ce serait parfait »

Les Nouvelles calédoniennes : Quels sont vos principaux objectifs pour les Jeux ?
Regis Wild : Notre objectif principal c’est de gagner la médaille d’or par équipe. Les trois meilleurs résultats, hommes et femmes, seront pris en compte pour son attribution. Après si on peut avoir les trois médailles d’or, avec les deux titres individuels, tant mieux. Le bonus, ce serait de faire le carton plein avec les sept médailles. Ce serait parfait. Mais ce qui est certain c’est qu’on adoptera une stratégie d’équipe pour contrer nos adversaires. Si l’un de nos triathlètes sort en tête de l’eau, par exemple, les autres ne feront pas le jeu de nos concurrents en les aidant à le rattraper en vélo. Sur les Jeux, les ambitions individuelles sont secondaires.

Quels seront vos principaux concurrents ?
L’équipe tahitienne sera à surveiller de très près. Généralement, ce sont eux qui nous posent problèmes. Il y a quatre ans par exemple, c’était une Tahitienne qui avait gagné la médaille d’or au sprint. Mais on a regardé leur liste et il n’y a pas de grosses pointures. On les craint, on les respecte mais a priori, ils ne devraient pas pouvoir aller chercher l’or. On est favoris. Mais il faut rester sur nos gardes car on n’est jamais à l’abri d’une surprise avec un adversaire inconnu qui débarque de nulle part.

Comment allez-vous vous préparer avant les Jeux ?
Le 20 juin, nous allons organiser un week-end de cohésion à La Ouenghi. On va en profiter pour s’entraîner et surtout bien définir et arrêter notre stratégie d’équipe. On va aussi faire un travail technique spécifique sur les relais à vélo. Mais la préparation s’est surtout faite durant toute la saison, de manière individuelle. Les athlètes se sont entraînés de leur côté, pour leurs courses et leurs compétitions.

François Benito

Laisser un commentaire