LNC du 30/04/2015 : Stand-up paddle. J-10 avant les championnats du monde au Mexique (10-17 mai)

0
580

Titouan Puyo est déjà prêt

 

Le rider calédonien est en passe d’atteindre son pic de forme. Il vient de prendre la quatrième place de la Carolina Cup aux Etats-Unis, la première grosse compétition du circuit pro, ultime étape avant de défendre sa couronne mondiale au Mexique. Immersion dans la préparation du champion.

Après avoir impressionné la concurrence aux Etats-Unis, Titouan Puyo a maintenant un titre à défendre au Mexique, un an après sa victoire mondiale au Nicaragua.

Après avoir impressionné la concurrence aux Etats-Unis, Titouan Puyo a maintenant
un titre à défendre au Mexique, un an après sa victoire mondiale au Nicaragua.

Photos C. McQuiston/Sup Racer

Il était parti du Caillou il y a trois semaines le couteau entre les dents prêt à se frotter une nouvelle fois aux meilleurs supistes mondiaux sur le circuit pro. Titouan Puyo a fait mieux que ça le week-end dernier. Il a fait jeu égal avec eux et s’est affirmé en prenant la quatrième place de la Carolina Cup, le premier gros rendez-vous SUP de l’année.

Dans la petite station balnéaire de Wilmington, dans l’Etat de Caroline du Nord aux Etats-Unis, le Cagou est arrivé une semaine avant le départ de la course, histoire de repérer les lieux. « J’en ai profité pour prendre mes marques et repérer le parcours. Courants d’eau, bouées, bancs de sable, orientation du vent. J’ai fait le parcours à l’endroit puis à l’envers histoire d’observer le moindre détail étant donné que je vais rider en 14’ [Titouan est plus habitué à glisser en 12’6 NDLR] », explique le champion du monde.

 

Echauffement. Le jour du départ, alors que la plupart des ténors du downwind mondial que sont Connor Baxter, le numéro 1 au ranking (classement pro), Danny Ching, ou bien encore Travis Grant se préparent tranquillement pour la course en bord de plage, Titouan Puyo, lui, est déjà remonté à bloc et décide de partir de chez lui à la rame histoire de s’échauffer. « J’étais concentré, bien reposé et préparé. J’ai décidé de rejoindre la ligne de départ à la rame pour être déjà dans le bain. »

Le vent se renforce au fil des minutes et la course démarre enfin. La Carolina Cup fera osciller les riders entre des parties en plein océan, très techniques, et des portions dans des canaux, où le plan d’eau sera plus lisse. Titouan Puyo est dans le bon tempo, réussit à coller au premier train de concurrents mené par Baxter, Grant et consorts.

Il choisit l’option outside (extérieure) et reste dans le top 10 de tête. Le vent souffle, les vagues grossissent et Titouan peine alors à garder le cap. « J’ai eu du mal à me concentrer sur les bumps [bosses de vagues]. Je regardais trop qui était autour de moi. C’est un point que je dois améliorer. Rester focus. » Arrive la première zone lisse. Le Calédonien tient toujours le choc, même s’il est dans la ligne de mire d’un autre groupe de concurrents. Les jambes sont lourdes et il va falloir puiser. À la sortie de cet estuaire, le groupe de tête est déjà loin. Personne ne rattrapera Travis Grant, intouchable, et Danny Ching, son dauphin.

Derrière, pourtant, Titouan décide de lâcher les chevaux. Il se place en tête d’un groupe de « furieux » qui rament plus vite que leur ombre, lancés à sa poursuite juste avant le retour sur la partie océan. « Je voulais être le premier à sortir de l’estuaire. C’est un point stratégique. »

 

Chute. À ce moment-là, il casse son rythme en voyant certaines erreurs commises par les autres riders et se positionne désormais au quatrième rang de la course avec son nouveau compère de glisse du moment, Georges Cronsteadt. « Le vent est tombé, je glisse mieux en downwind. Je rattrape Connor Baxter, le numéro 1 mondial qui a trop donné en début de course. Et là, je suis aux côtés de Georges, une de mes idoles d’enfance en va’a. Je donne tout. » Puyo se lance alors à la poursuite de son aîné.

Il glisse bien tandis que son mentor chute en sortie de bouée. Le fan Puyo y a cru trop tôt et dans la précipitation chute à son tour au même endroit. Cronsteadt le devancera au final. Puyo finit quatrième et peut bomber le torse. Il l’était déjà mais s’affirme encore plus auprès des grands. « Je suis content de la course. Je fais des erreurs qui, à ce niveau se paient cash mais je suis vraiment fier de faire partie de ce top 4 », lance-t-il après deux heures de course.

Un événement qui lance véritablement la saison SUP dix jours avant la grande messe mexicaine le week-end prochain lors des mondiaux de la discipline. Tous les meilleurs y seront. Puyo en tête avec un titre à conserver et un statut à assumer, toujours un peu plus.

Mbig

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here