LNC du 31/03/2017 : Lanceleur déserte les pistes pour s’installer en cuisine

0
74

Trail. Tenant du titre, le coureur de la Vallée-du-Tir ne sera pas au départ du Trail des Cagous dimanche au parc de la rivière Bleue. Il a décidé de mettre entre parenthèses la compétition pour se consacrer à sa vie professionnelle.

Dimanche matin, les passionnés de trail seront sur la ligne de départ des 43 km ou des 22 km du Trail des Cagous (lire ci-contre). Ludovic Lanceleur sera chez lui à Nouméa. La tête dans ses livres, à réviser.

Depuis la fin de l’année dernière, il prépare deux concours pour devenir enseignant titulaire de cuisine au lycée Escoffier. « Quand je fais quelque chose, ce n’est pas à moitié, déclare le traileur. Je révise tous les soirs et le week-end, c’est comme une préparation à une course. »

Plus de course à pied

Pour ça, il a mis le sport de côté. Lui qui avait connu une saison 2016 pleine avec des succès sur la Transcal, un titre de champion des raids du Nord ou un titre de champion de Calédonie obtenu lors du Trail Décathlon à Païta, passe de tout à rien. « C’est vrai que ça me manque, concède Lanceleur. En plus, il commence à y avoir des trails et des résultats qui tombent. Je les suis avec attention. » Sa seule petite pause dans les révisions, c’était il y a deux semaines. « Je venais de passer l’écrit de l’un des deux concours que je prépare, raconte-t-il. Le week-end suivant (le 18 mars, NDLR), pour décompresser, j’ai fait un footing d’une heure à la promenade Pierre-Vernier. Comme l’an dernier, avec la musique dans les oreilles. C’était agréable ! »

Des sacrifices pour une nouvelle vie professionnelle. Ancien gérant du traiteur Touskifau, il est embauché comme professeur auxiliaire en 2016 au lycée nouméen au moment de la vente du célèbre établissement. Alors pour y faire son nid, il décide de préparer ces fameux concours, le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement technique et le certificat d’aptitude au professorat en lycée professionnel, « bien aidé et conseillé par l’équipe de l’établissement scolaire ».

 

Retour sur un ultra trail ?

Le premier permet d’être enseignant pour les BTS et Bac technologique, l’autre en CAP et Bac professionnel. « Dans les deux cas, je pourrai devenir titulaire si je réussis le concours. » Une réussite qui sonnerait comme un nouveau départ puis comme un retour aux affaires sur les pistes du territoire… et d’ailleurs. « Je participerai à la Transcalédonienne en juillet, et puis je courrai sans doute certains raids du Nord. »

Avec l’ambition de retrouver un rythme normal pour lui en 2018, et en ligne de mire des trails longs comme l’Ultra trail de Nouvelle-Calédonie, celui du Mont-Fuji au Japon ou de Tarawera en Nouvelle-Zélande. Des courses de plus de 140 km.

« Je me plais dans des trails de 100 km, pose Lanceleur. Mais j’espère que je vais réussir, car je n’ai jamais fait plus long. Si ça se trouve, je vais coincer à 120 km (rires). »

Chamberland et Plaire en favorites

Si chez les hommes, le tenant du titre, Ludovic Lanceleur, est absent, tout comme son dauphin Oswald Cochereau, parti aux Antilles, chez les filles, c’est l’inverse. Première féminine en 2016, Véronique Chamberland devrait être présente pour défendre son titre. Elle sera opposée, comme l’an dernier, à Angélique Plaire. Chez les messieurs, Mickaël Leclercq, troisième la saison dernière a décidé de se lancer sur le 22 km plutôt que le 43 km, histoire de préparer les Oceania qui se dérouleront en mai à Païta (lire notre édition d’hier). Du coup devant, on s’attend à une lutte entre Franck Santos, toujours placé, et Christophe Loubriat, deuxième de l’épreuve en 2015. Le départ de la course sera donné dimanche matin à 7 heures à l’entrée du parc de la rivière Bleue. Un parcours de 43 km et de 22 km sont proposés.

4 victoires

Ludovic Lanceleur s’est imposé à quatre reprises lors du Trail des Cagous (2012, 2013, 2014 et 2016).

Mathieu Ruiz Barraud / mathieu.ruizbarraud@lnc.nc

Laisser un commentaire