Triathlon de Macquarie (LNC du 02/05/2011)

0
153

LNC du 02/05/2011 : Fin de série pour Vernay

 

Triathlon_Vernay-QQ

Quadruple tenant du titre, Patrick Vernay n’a pas réussi l’exploit de remporter une cinquième victoire à Port-Macquarie (Australie). Deuxième derrière Pete Jacobs, le Calédonien a toutefois réalisé une magnifique course.

Pete Jacobs a enfin eu sa revanche. Deux fois par le passé, l’Australien avait terminé deuxième d’un Ironman remporté par Patrick Vernay. Déjà à Port-Macquarie, en 2009, et à Roth (Allemagne), un an plus tôt. Est-ce alors un sentiment de revanche qui animait le résident de Sydney, 29 ans, sur la ligne de départ ?
Toujours est-il que le jeune homme a su prendre la course à son compte d’entrée de jeu, pour ne plus jamais la lâcher. À la quatrième minute de nage, l’homme avait en effet déjà creusé l’écart sur un groupe emmené par le Calédonien. Un écart qui n’allait cesser de croître, jusqu’à l’entame du marathon final.

Le forfait surprise d’Alexander était l’occasion pour Jacobs de remporter son premier Ironman.

Forfait. Ce dimanche, dans le port australien situé au nord de la Nouvelle-Galles du Sud, il y avait Pete Jacobs et les autres. À domicile, Jacobs a senti que le forfait de son compatriote Craig Alexander (annoncé malade la veille) allait changer la donne. L’absence surprise du champion du monde 2008 et 2009 était là une parfaite occasion pour lui de remporter son premier Ironman, qu’importe le fait que les médias n’aient d’yeux que pour le « four time winner » Patrick Vernay.
Ce dernier, sorti onzième de l’eau à seulement 13 secondes du deuxième, avait assurément pris le bon wagon pour tenter de revenir sur un Jacobs qui comptait alors deux minutes et cinquante-quatre secondes d’avance. À vélo, un groupe de trois poursuivants allait très vite tenter de regagner du terrain : Mitch Anderson, Patrick Vernay et Adam Holborow. C’était sans compter sur la détermination de l’Australien, qui, seul, continuait d’accentuer son avance. Au kilomètre 90, Vernay lâchait prise et se retrouvait distancé à la quatrième place. Un choix de prudence plus qu’une réelle défaillance. Car contrairement aux autres années, le Calédonien ne faisait pas le déplacement dans le simple but de remporter l’épreuve et de se qualifier directement pour Hawaii, théâtre annuel du championnat du monde. Il lui fallait, hier, assurer un bon classement, synonyme de points marqués pour une place au championnat du monde de la spécialité, selon le nouveau mode de qualification mis en place. Impensable désormais de jouer le tout pour le tout, quitte à exploser en plein vol. Cette année, tout abandon ou classement dérisoire condamne un postulant à Hawaii à programmer un nouvel Ironman dans sa saison… Un gâchis à s’interdire.
Le choix de « calmer le jeu » allait, de toute façon, s’avérer judicieux, hier. Au train, Vernay allait ainsi revenir sur Holborow au kilomètre 135… Jacobs comptait alors plus de dix minutes d’avance sur le Calédonien. Il en comptera jusqu’à douze, au moment de lâcher le vélo.

Marathon. L’écart restera stable sur la première moitié du marathon, première moitié sur laquelle Vernay déposera littéralement sur place le deuxième de la course, Mitch Anderson, qui terminera finalement à la septième place. Sur son effort de prédilection, Vernay ne pouvait plus être rejoint. Lui restait toutefois à relever un ultime défi, tenter de refaire son retard sur un athlète également friand de course à pied (2h41 sur l’Ironman d’Hawaii, l’an passé).
En reprenant trois minutes avant le 33e kilomètre, Vernay réussira simplement à faire frémir les spectateurs les plus demandeurs de sensations. Jacobs, lui, pouvait filer sereinement vers son premier succès, chez lui. Un succès en huit heures et vingt-neuf minutes, six minutes devant Vernay, réellement impressionnant lors de l’ultime effort. Patrick Vernay doit se satisfaire de ce résultat, qui le rapproche encore un peu plus d’une qualification pour Hawaii. Vernay, qui disputera la semaine prochaine le triathlon international de Nouméa, devra ensuite se tourner vers l’Ironman de Francfort, en juillet prochain.
Ce rendez-vous, support des championnats d’Europe de la spécialité, sera voué à lui apporter les derniers points nécessaires à une participation au championnat du monde. La mission n’est pas encore accomplie, mais elle apparaît aujourd’hui simplifiée.

 

Les classements

  • Messieurs

  1. Jacobs Pete (AUS) 8h29’00 (46’29 ; 4h41’04 ; 2h58’46),
  2. Vernay Patrick (N-C) 8h35’14 (49’23 ; 4h49’34 ; 2h53’37),
  3. Shortis Jason (AUS) 8h45’43 (49’48 ; 4h57’08 ; 2h55’33),
  4. Neyedli Scott (ECO) 8h46’53 (49’11 ; 4h57’38 ; 2h56’45),
  5. Ogden Courtney 8h49’38 (49’18 ; 5h01’11 ; 2h55’51),
  6. Whitmore Luke 8h54’35 (50’59 ; 4h59’50 ; 3h00’05),
  7. Anderson Mitch (AUS) 8h55’53 (50’14 ; 4’40’42 ; 3’22’10),
  8. Curry Scott (CAN) 9h06’07 (49’42 ; 4h54’21 ; 3h17’47),
  9. Orr Ben 9h06’50 (54’24 ; 5h06’34 ; 3h01’26),
  10. Chapman Leigh 9h08’27 (49’37 ; 5h07’32 ; 3h08’27)…
  • Dames

  1. Steffen Caroline (SUI) 9h29’54 (50’35 ; 5h12’39 ; 3h22’10),
  2. Pearson Amelia 9h38’23 (49’46 ; 5h23’31 ; 3h21’56),
  3. Molloy Kirsten 9h43’55 (51’27 ; 5h30’09 ; 3h18’58),
  4. Ward Nicole 9h49’23 (54’05 ; 5h32’36 ; 3h19’50)…

À noter que la lauréate du jour, la Suissesse Caroline Steffen, n’est pas une inconnue du public calédonien. La jeune femme avait en effet terminé deuxième du triathlon international de Nouméa, l’an passé. Elle avait été devancée à l’époque par une certaine Joanna Lawn… lauréate hier de l’autre formule, l’half Ironman de Port-Macquarie.

 

Laisser un commentaire